Accueil » Société » Elaboration du budget en matière de sécurité alimentaire: l’ONG Hunger Free World outille des journalistes et des parlementaires

Elaboration du budget en matière de sécurité alimentaire: l’ONG Hunger Free World outille des journalistes et des parlementaires

L’ONG japonaise Hunger Free  World, qui œuvre pour un monde sans faim,  a organisé, les 26 et 27 avril 2019 à Ouagadougou, une formation  de 48 heures au profit des journalistes et des parlementaires  sur  les mécanismes d’élaboration du budget en matière de sécurité alimentaire.

La photo de famille des participants à l’atelier

«Human Free World (HFW)» est une organisation non gouvernementale  japonaise  qui travaille spécifiquement pour le développement communautaire, la santé  et l’assainissement  fait  de la sensibilisation, du plaidoyer  avec  pour finalité: un monde sans faim, le développement de la jeunesse.  Pour ce faire, HFW et ses partenaires, à savoir le club des journalistes pour la nutrition et la sécurité ainsi que le réseau des parlementaires pour la nutrition et la sécurité alimentaire,  envisagent œuvrer pour une amélioration de la gouvernance de la sécurité alimentaire et nutritionnelle au Burkina  Faso. L’atelier sur le  mécanisme de veille et de suivi vise à pousser d’autres  acteurs à contribuer à la réalisation de cet objectif. En outre, d’autres commissions parlementaires  et des structures  rattachées à certains ministères, notamment celui de l’Agriculture, seront impliqués.

Frédéric Ilboudo, le chargé du programme plaidoyer et sensibilisation à l’ONG Hunger Free World

Selon Frédéric  Ilboudo, le Chargé  du programme plaidoyer et sensibilisation à l’ONG  Hunger Free World, l’objectif visé est d’outiller les participants sur les mécanismes d’élaboration de budget en matière de sécurité alimentaire et nutritionnelle, et partant,  de stimuler la planification d’actions devant permettre de faire le point des mécanismes d’élaboration de budget sécurité alimentaire et de susciter la proposition de pistes d’amélioration dudit budget  à la lumière de la Constitution, avec l’adoption d’une feuille de route pour les actions à mener en 2020.  En effet, «le droit à l’alimentation est consacré par la Constitution à travers ses articles 25, 26 et 135, ce qui devra avoir une incidence  sur le budget national consacré par le ministère de l’Agriculture à l’alimentation», a-t-il souligné.

Et pour y arriver, estime Léopold Nanéma du secrétariat exécutif du Conseil national de sécurité alimentaire, il faut une plus grande implication des partenaires du minis

Léopold Nanéma du secrétariat exécutif du conseil national de sécurité alimentaire

tère de l’Agriculture, avec un accompagnement plus important en termes d’appui.

Seront abordés au cours des deux jours de formation, des modules tels «les besoins en sécurité alimentaire en lien avec les nouvelles dispositions constitutionnelles sur le droit à l’alimentation», «éléments et mécanismes pour l’élaboration du budget», « plaidoyer pour améliorer le budget en matière de sécurité alimentaire».

A entendre les organisateurs de l’atelier,  les mécanismes d’élaboration du budget en matière de sécurité alimentaire qui élaborés seront mis en œuvre dès l’adoption de la nouvelle constitution, avec une stratégie  de mise en œuvre plus affinée. Avant fin 2019, un bilan des initiatives sera fait  ainsi qu’un programme des activités pour l’année 2020.

Omar Idogo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *