Accueil » Politique » Elections: que cache cette floraison de nouveaux partis?

Elections: que cache cette floraison de nouveaux partis?

Plus un tapis a des couleurs, plus il est beau aime-t-on à dire. Nous le pensons aussi. En comparaison à la situation politique, la floraison de partis politiques est prise pour un grand signe de vitalité démocratique. Mais à quelques encablures d’une grande élection présidentielle, celle de l’après-Blaise Compaoré, il y a lieu de se poser des questions sur ce que cachent ces nouveaux partis en treillis pour le moment.

LOGO UBN
L’Union pour un Burkina nouveau, UBN. Un sigle qui fait penser à une société d’assurance se promet d’aller à la course pour le poste de président du Faso avec le colonel sportif Yacouba Ouédraogo dit Yac. Or, il se dit que cette formation politique serait un succédané du Cdp pilotée depuis les bords de la lagune Ebrié par Blaise Compaoré, avec comme objectif de participer à émietter l’électorat en vue de s’allier en cas de second tour avec tous sauf le MPP. Et un ami qui au très souvent au fait des affaires politico-politiciennes du Faso, nous a assuré tout le contraire.
Sa démonstration se base sur le fait que l’UBN est déjà avalée par le MPP après un travail d’orfèvre de Salif Diallo Gorba. Pour qui roule alors l’UBN? Difficile question pour le moment, car l’arbre cache bien ici la forêt.

LOGO NAFA
Le cas de la Nouvelle alliance du Faso, NAFA, qui se traduit en dioula par « bénéfice » ou bien « viens t’y rassasier», s’apparente à celui de l’UBN. Et comment? Ce parti serait aussi un satellite du CDP pour casser du MPP dans la grande théorie vengeresse du « tout sauf le MPP »au pouvoir. On entend aussi que NAFA serait aussi dans le double-jeu car elle a été retournée comme on le faisait au temps de la guerre froide avec les espions américains ou soviétiques. Les explications se basent sur le fait que le MPP et le CDP jouent à un jeu de cache-cache, le premier a pour système d’envoyer certains de ses sympathisants dans les nouvelles formations politiques pour y faire un travail de sape, sachant l’amour farouche que lui voue le CDP depuis la chute de Blaise Compaoré. Il nous est revenu que même au sein de ce qui reste du CDP, le MPP y aurait toujours des pions comme cela se disait au moment intense de la tentative de modification de l’article de la Constitution afin de permettre à Blaise Compaoré de rester président du Faso ad vitam aeternam. Mais on avait quelques doutes sur cette thèse à partir du moment où le projet de loi modificative de la Constitution est passé comme une lettre à la poste. Cependant, les politiciens sont versatiles et beaucoup n’ont pas la culture de l’opposition comme le disait Laurent Dona Fologo pour expliquer son choix de travailler avec Gbagbo. On estime qu’avec cette donne de créer des partis pour élaguer l’électorat va certainement pimenter les prochaines élections, car les voies de la politique au Faso sont insondables. Il se murmure qu’il y aura encore et encore des nouveau-nés politiques qui vont se lancer dans le sprint pour la présidence.
Ousmane Hébié

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *