Accueil » Société » Elections couplées d’octobre 2015: le Ren-lac rend public son rapport

Elections couplées d’octobre 2015: le Ren-lac rend public son rapport

Le mardi 12 janvier 2016, le Réseau national de lutte anti-corruption (Ren-lac) a offert un déjeuner aux hommes de médias. Objectif, aborder certains sujets tel que le bilan du processus électoral, notamment le volet corruption électorale.

Claude Wetta a dénoncé «l’incivisme caractérisé des partis politiques»
Claude Wetta a dénoncé «l’incivisme caractérisé des partis politiques»

C’est autour d’un déjeuner de presse que le Réseau national de lutte anti-corruption (Ren-lac) a échangé avec les professionnels de l’information ce mardi 12 janvier 2016 à Ouagadougou sur des sujets d’importance nationale. Pour La structure dirigée par Dr Claude Wetta, il y a nécessité de procéder à un audit sur la gestion de la Transition, au nom du devoir de redevabilité.
Pour l’organisation de la société civile, des dossiers suspects existent. Au nombre de ceux-ci, le Ren-lac cite les passations de marchés publics par la procédure de gré à gré, l’opacité dans la rémunération des ministres de la Transition et les bonus accordés à certains d’entre eux.
Sur la question, Dr Claude Wetta s’est doublement réjoui. Dans un premier temps, il a salué l’invitation du président du Faso au contrôleur général pour l’ouverture d’un audit. Dans un second, il a apprécié le comportement des autorités de la Transition qui s’y sont déclarées favorables.
241 cas de corruption électorale observés
Lors des récentes élections présidentielle et législatives couplées, le Ren-lac avait entrepris de procéder à des observations. Pour ce faire, ce sont 32 observateurs repartis dans l’ensemble des régions qui ont été déployés, accompagnés d’une coordination de 3 membres et complétés par un dispositif d’enregistrement.
L’opération, qui s’est déroulée sur la période allant du 02 août au 29 septembre 2015, a permis de révéler des pratiques constitutives de corruption. «Avant même l’ouverture de la campagne, il a été donné d’observer dans diverses localités du pays, des campagnes électorales déguisées à l’occasion desquelles des distributions de bien et de billets de banques ont été monnaie courante», a soutenu le secrétaire exécutif du Ren-lac. A ce propos, le MPP, l’UPC et le CDP arrivent en tête des formations politiques mises à l’index.
Selon Dr Claude Wetta, la campagne électorale a permis d’observer «un incivisme caractérisé par des partis politiques». À l’en croire, ces derniers se sont adonnés à des «affichages sauvages», au mépris de la règlementation en vigueur. Ni les espaces publics, ni les murs, encore moins les arbres n’ont échappé à la pose des affiches électorales. Les irrégularités déjà relevées par d’autres structures d’observation n’ont pas échappé aux observateurs du Ren-lac. Il s’agit, entre autres, de la situation des électeurs qui n’ont pas retrouvé leurs noms sur les listes électorales et les retards dans l’ouverture des bureaux de vote.
Des propositions pour prévenir les comportements déviants
A la lueur de ce constat, le Ren-lac a fait des recommandations aux acteurs impliqués dans le processus électoral que sont la CENI, la Justice, la Cour des comptes, la société civile, le gouvernement et les acteurs politiques. Ainsi, a-t-il invité les hommes politiques à jouer leur rôle dans la moralisation de la vie politique. «Il importe que les partis et formations politiques éduquent leurs militants pour lutter contre la corruption électorale», a dit le secrétaire exécutif du Ren-lac. Pour lui, les mauvaises pratiques sont le plus souvent le fait de ces acteurs.
Nouroudine Lenoble Lougué (Stagiaire)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *