Accueil » Les Echosbels » EN HÉCHOS: IRON BIBY ET JEAN NOËL OUÉDRAOGO

EN HÉCHOS: IRON BIBY ET JEAN NOËL OUÉDRAOGO

Iron Biby

 

Iron Biby: haltérophile

Le 23 avril 2019, Iron Biby, Cheik Ahmed Al-Assan Sanou à l’état civil, a inscrit son nom pour une deuxième fois dans le prestigieux livre Guinness des records mondiaux dans la catégorie «épaulé-jeté». C’était à Londres. L’exercice consiste à soulever une personne dans les airs plusieurs fois en une minute. Il a réalisé 82 pompes. Le 6 septembre 2018, il avait établi le record de 69 pompes. Déjà, ce 7 avril 2019, il avait remporté le titre de champion du monde de logt lift. Ce jeune de 26 ans, originaire de Bobo-Dioulasso, est devenu une fierté nationale, au moment où la jeunesse manque de repères. A propos de sa réussite, voilà ce qu’il a écrit sur sa page Facebook: «Le 07 avril passé, j’avais une fois de plus remporté la première place au championnat du monde de Log Lift. Au lieu de me reposer sur mes lauriers, j’ai continué de m’entraîner pour faire d’autres exploits. Pour réussir c’est simple, il faut croire en Dieu, être bon avec tout le monde, rester positif et surtout travailler dur». Sans commentaire!

 

Jean Noël Ouédraogo: porte-parole des délégués généraux des établissements scolaires de Kaya.

Le 6 février dernier, l’Association des délégués généraux des élèves de Kaya a lancé un projet de collecte de fonds pour l’érection d’un mur autour de la Brigade de gendarmerie de Kaya. Le samedi 20 avril, les travaux de construction de l’infrastructure ont été lancés avec la pose de la première pierre. C’est vrai que les élèves n’ont pu que mobiliser une partie des 11 millions que coûtera la clôture, mais l’idée, en elle-même, est à saluer. Parce que, venant des scolaires, on en vient à perdre son… mooré. «Avant, nous sortions brûler, casser, saccager les édifices publics, mettre le drapeau en berne, consommer des stupéfiants. Nous avons honte de ces actes inciviques et nous nous inscrivons désormais dans la légalité» a déclaré Jean Noël Ouédraogo, lors du lancement des travaux. Des mots qui doivent faire réfléchir beaucoup de Burkinabè, surtout fonctionnaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *