Accueil » Economie-Finances » Encore de l’argent frais pour la SOFITEX!*

Encore de l’argent frais pour la SOFITEX!*

L’Ambassade du Burkina Faso à Paris a abrité, le vendredi 13 février 2015, une cérémonie de signature de convention de financement entre la SOFITEX et le pool bancaire international constitué de la Société Générale (France) et la Société Financière Internationale.

La convention est signée.
La convention est signée.

D’un montant de 70 millions d’euros, soit la contre-valeur de 46 milliards de francs CFA, cette convention intervient après celle signée le 14 janvier 2015 à Rabat au Maroc, entre la SOFITEX et la Société Islamique de Financement du Commerce pour une enveloppe de 79 millions d’euros soit 51 milliards de nos francs. Après Rabat, le 19 janvier 2015 à Ouagadougou, le pool bancaire national conduit par ECOBANK mettait à la disposition de la SOFITEX la somme de 110 millions d’euros, soit l’équivalant de 73 milliards de francs CFA.
Des besoins de financement de plus en plus croissants
La convention signée à Paris est donc la troisième du genre en l’espace de deux mois seulement. Preuve de la confiance sans cesse renouvelée que les institutions financières nationales et internationales portent en la SOFITEX. Preuve également de leur volonté manifeste d’appuyer la filière cotonnière du Burkina et d’œuvrer pour le bonheur des cotonculteurs.

Une capsule non ouverte et de ''l'or blanc'' qui brille à côté.
Une capsule non ouverte et de  »l’or blanc » qui brille à côté.

Avec la signature de cette troisième convention, c’est le financement du cycle de la production cotonnière 2014-2015 de la SOFITEX qui est ainsi bouclé. Véritable bouffée d’oxygène, cette dernière enveloppe, ajoutée aux précédentes, va en effet permettre à la SOFITEX de mener à bien et à terme de nombreuses opérations. Notamment celles relatives à l’achat du coton graine aux producteurs, suivi de son transport vers les 15 usines d’égrenage dont elle dispose. Sans oublier l’évacuation des balles de fibre vers les ports d’Abidjan, Lomé, Cotonou et Accra.
Au total, ce sont environ 170 milliards de francs CFA qui ont été mobilisés pour le financement de la campagne 2014-2015. Une campagne dont la production attendue est de 540.000 tonnes de coton graine, contre 508.000 tonnes la campagne écoulée, soit un accroissement de 6,2%. Confirmant par la même occasion la tendance haussière constatée en la matière durant ces quatre dernières années et face à laquelle les besoins de financement seront de plus en plus croissants.

Au-delà de la SOFITEX

Face à de telles réalités, la SOFITEX ne peut que se réjouir de la constante disponibilité des différents partenaires à toujours l’accompagner. Car au-delà de l’entreprise qu’elle représente, c’est la nation burkinabè qui en profite. En particulier les différents acteurs de la filière qui, en l’espace de quatre ans, ont bénéficié de près de 500 milliards de francs CFA de rétributions directes de la part de la nationale des Fibres Textiles du Burkina.

Du coton attendant d'être évacué vers une usine d'égrenage.
Du coton attendant d’être évacué vers une usine d’égrenage.

C’est pourquoi, par la voix de son Directeur Général, Monsieur Jean Paul SAWADOGO, et au nom de son Conseil d’Administration, de son personnel ainsi que de l’ensemble des producteurs relevant de sa sphère géographique, la SOFITEX ne se lassera pas d’exprimer ses vifs remerciements et sa profonde gratitude à la Société Générale (France) ainsi qu’à la Société Financière Internationale. Et au-delà, à toutes les autres institutions financières devancières, pour leur disponibilité affichée à toujours l’accompagner, malgré les aléas qui caractérisent de temps à autres le secteur cotonnier.
La SOFITEX tient à les rassurer de sa ferme détermination à maintenir le cap de la bonne gestion qui la caractérise et surtout, à respecter les engagements pris, afin que le partenariat existant soit toujours un partenariat gagnant-gagnant.

SRPP-SOFITEX
16/02/2015
* : le titre est de la rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *