Accueil » Société » Enfants et femmes en situation de rue: 1379 retirés et 418 départs

Enfants et femmes en situation de rue: 1379 retirés et 418 départs

La ministre de la Femme, de la Solidarité nationale et de la Famille a dressé le bilan de la première phase de l’opération de retrait des enfants et des femmes en situation de rue qui s’est déroulée du 9 au 22 août 2018 et qui a mobilisé 377 agents de l’Etat, au cours d’une conférence de presse animée ce vendredi. Un bilan jugé satisfaisant par Hélène Marie Laurence Ilboudo/Marshal.

La ministre de la Femme a fait le point de l’opération de retrait des enfants et femmes en situation de rue à la presse

A ce jour, 1379 personnes ont été retirées de la rue, dont 653 enfants et 308 femmes et jeunes filles, et pris en charge dans les centres d’accueil. Cependant, 418 enfants et mineures travailleuses du sexe ont opté de quitter les centres d’accueil de leur propre initiative. «Nous ne pouvons pas obliger quelqu’un à rester, ce n’est pas une prison. Ceux qui sont partis, ce n’est pas sûr qu’ils ne vont pas revenir», a expliqué Hélène Marie Laurence Ilboudo/Marshal qui a précisé que les agents sociaux vont essayer d’échanger avec eux pour les convaincre de revenir au centre.

La ministre Ilboudo révèle également que des concertations avec 300 maîtres coraniques ont abouti à la signature de conventions de partenariat avec 282 d’entre eux. Pour leur permettre de faire face aux besoins des 2502 talibés qui leur sont confiés, un appui spécifique de 140 tonnes de produits alimentaires et du matériel divers d’une valeur de 60 000 000 de francs CFA leur a été octroyé.

A ce propos, elle a tenu à préciser que contrairement à ce qui se disait, il n’a jamais été question de fermer les écoles coraniques, mais juste de les normaliser afin que les apprenants puissent avoir une formation pour pouvoir s’insérer dans la vie sociale. «L’Etat reste laïc et permet à toute personne de vivre sa foi comme il veut», a-t-elle assuré.

En termes de bilan financier, Hélène Marie Laurence Ilboudo/Marshal a confié que le montant dépensé pour la première phase de l’opération dans la ville de Ouagadougou s’élève à 182 000 000 Francs CFA. La participation communautaire a, quant à elle, permis de mobiliser la somme de 20 053 975 Francs CFA à ce jour.

Appréciant le bilan de cette première phase, foi du ministre de la femme, «nous sommes plus que satisfaits, car jamais au Burkina Faso, nous avons pris autant d’enfants en même temps».

Actions futures

Concernant les actions à venir, la ministre Ilboudo a annoncé que 31 enfants vont retourner dès le début de la semaine prochaine dans leurs familles pour reprendre leur scolarisation. Parmi les enfants qui accompagnaient leurs mères dans la rue, 64 seront scolarisés au préscolaire et 23 au primaire. «Le ministère en charge de l’Education va se charger de la réinsertion scolaire desdits élèves et mon département assurera la prise en charge psychosociale, matérielle et financière, conformément aux besoins spécifiques de chaque enfant», a indiqué la ministre de la Solidarité nationale.

A son départ du centre, a-t-elle renseigné, chaque enfant bénéficiera d’un trousseau composé d’effets d’habillement, de kits d’hygiène et d’un pécule mensuel de 10 000F pendant la durée de sa scolarisation. Quant aux femmes, elles bénéficieront de 15 000F par mois et d’une dotation trimestrielle de vivres en attendant leur accompagnement pour le développement d’une activité génératrice de revenu.

Par ailleurs, la ministre de la Solidarité nationale a invité tout un chacun à avoir une nouvelle approche de l’aumône. «Les gens attendent que les enfants soient dans la rue pour leur donner de l’argent et je trouve cela scandaleux. Arrêtez de donner de l’argent aux enfants car ça les incite à rester dans la rue. Si vous voulez donner 100 F à un enfant parce que vous devez faire un sacrifice, allez dans l’école coranique, appelez le maître pour qu’il fasse sortir un enfant. Ce que nous n’allons pas faire pour nos propres enfants, ne le faisons pas aux enfants des autres», a-t-elle recommandé.

Madina Belemviré

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *