Accueil » Société » Entreprenariat de masse : SCOOP-CA, une feuille de route des jeunes bâtisseurs burkinabè

Entreprenariat de masse : SCOOP-CA, une feuille de route des jeunes bâtisseurs burkinabè

L’Amicale des Jeunes commerçants et Entrepreneurs du Burkina (AJCEB) a officiellement, au cours d’un point de presse  animé le samedi 3 août 2019 à son siège à Ouagadougou, lancé les activités  de la Société coopérative avec conseil d’administration pour « Bâtir l’avenir » (SCOOP-CA/BA). Désormais porteur du projet SOFATO lancé en avril dernier, la société coopérative ouvre ses portes d’adhésion à tout burkinabè ayant  déboursé  seulement  une somme de 5000F CFA.

Le présidium lors du lancement officiel de la SCOOP-CA

«  Créer de l’emploi  aux jeunes et investir dans l’économie nationale », c’est l’un des objectifs majeur de l’Amicale des Jeunes commerçants et Entrepreneurs du Burkina (AJCEB) depuis sa création. En effet, le 11 Avril 2019, elle avait lancé un projet« actionnariat populaire » pour la réalisation de la société Faso tomate, « SOFATO » et pour ambition d’offrir  plus de  500 emplois directs et 15 000 emplois indirects  aux jeunesses burkinabè. Un  acte perçu de l’AJCEB  comme l’unique occasion à saisir pour emmener les Burkinabé à s’approprier le levier essentiel du développement de toute économie libérale à savoir l’investissement dans le secteur privé , est alors interpelé  le 07 Mai 2019, par l’autorité communautaire de régulation de l’épargne publique sur le caractère irrégulier de sa  procédure de collecte de fonds. Après des recommandations  faites, l’AJCEB décide alors d’opter parmi tant d’autres pour la voie coopérative, instrument puissant de développement économique à la portée des masses. Mise en place le 24 mai 2019  par des jeunes bâtisseurs, tous des entrepreneurs, la Société Coopérative avec Conseil d’Administration  pour Bâtir l’Avenir a officiellement ouvert ses portes , à travers un point de presse le samedi 3 août 2019 à Ouagadougou.

Une coopérative dont l’objectif est de de regrouper tous les bâtisseurs de l’Avenir au sein d’une organisation commune, laquelle se chargera désormais de porter les initiatives des Bâtisseurs de l’Avenir à travers le sous Projet « un Burkinabè, un Actionnaire », pour susciter la participation de ses membres en investissement structurel dans le secteur agricole, mais aussi en investissant dans tous autres domaines susceptibles de lui permettre de réaliser son objet.

Le président du conseil d’administration de la SCOOP-CA, Aziz Nignan

Pour le président du conseil d’administration, Aziz Nignan, ce  projet a comme ambition , tout en investissant dans le secteur agricole dans toute sa chaine de valeur, de renforcer la capacité de ses membres de toutes les couches sociales en esprit coopératif vœux cher et clairement exprimé par le législateur OHADA, pour espérer faire de chacun d’eux un investisseur acteur de son propre développement.
«Il s’agit d’une opportunité offerte à tous les Burkinabé, par des Burkinabè, face à une situation économique nationale peu reluisante, afin que dans un esprit de solidarité et de sursaut patriotique, conjuguant leurs efforts modestes, les burkinabè arrivent à occuper directement tous les secteurs d’activité économique pour espérer en tirer le plus grand bénéfice économique possible pour le bonheur de toute la nation» a dit M.Nignan. Un projet lucratif  mais aussi patriotique dit-il et pour  son « succès et sa pérennité dépendront de l’adhésion massive et rapide des Burkinabé ».

Mais  d’ores et déjà, le PCA de la coopérative  a affirmé que pour sa première initiative, à savoir l’implantation de l’usine SOFATO, un espace de 3 hectares est déjà acquis à Yako et l’autorisation d’implantation de l’usine est déjà obtenue grâce aux diligences des premières autorités du pays. Par ailleurs, saluant l’engagement du président du Faso et de son gouvernement  à accompagner la jeunesse entreprenante, les responsables de la coopérative invitent chaque jeune  burkinabè  à faire un pas vers ce projet  pour une révolution économique et industrielle de notre cher Faso.

Omar Idogo

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *