Accueil » Lu, vu, entendu » Est-ce un espoir pour Djibrill Bassolé?

Est-ce un espoir pour Djibrill Bassolé?

Dans le cadre du coup d’État manqué de septembre 2015, le général Djibrill Bassolé avait été inculpé «d’attentat à la sûreté de l’État, association de malfaiteurs, meurtre, coups et blessures volontaires». En fait, l’un des points essentiels du dossier tournait autour des écoutes téléphoniques entre lui et Guillaume Soro. Mais leur authenticité ne fait pas l’unanimité sinon qu’elle est remise en cause. Qui plus est, cette charge ne sera pertinente qu’avec le témoignage de Soro. Or, à moins d’un cataclysme, le président de l’Assemblée nationale ivoirienne ne viendra pas à un tel procès. Et chaque jour apporte son lot d’espoirs au général.

Djibrill Bassolé

La preuve, dans ce dossier sensible, le juge d’instruction en charge de l’enquête sur le coup d’État raté du général Gilbert Diendéré abandonne la quasi-totalité des charges qui pesaient sur Djibrill Bassolé.

En effet, c’est la conclusion de son ordonnance de règlement datée du 24 juillet 2017. Finalement, le juge d’instruction n’inculpe l’ancien ministre des Affaires étrangères que de «trahison». C’est-à-dire de collusion avec des forces étrangères en vue d’attaquer le Burkina Faso.

En attendant que la chambre de contrôle donne son avis sur cette décision du juge, M. Bassolé peut se réjouir. L’espoir est d’autant plus grand que dans le même dossier, son frère Nicodème Bassolé et son ex-directeur du protocole, Halidou Sawadogo, qui étaient eux aussi sous le coup de poursuites judiciaires, ont bénéficié d’un non-lieu.

Au-delà des passions et des émotions, espérons que le dossier Djibrill connaîtra bientôt un dénouement selon le droit.

Théophile MONE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *