Accueil » Monde » États-Unis: 19 collaborateurs quittent l’administration Trump en 1 an

États-Unis: 19 collaborateurs quittent l’administration Trump en 1 an

Incroyable mais vrai. 19 collaborateurs ont quitté l’administration Trump en un an, et non des moindres. Un record qui en dit long sur la personnalité fougueuse du loicataure de la Maison-Blanche. Dirigeant exigeant ou simple dictateur? Dans tous les cas, Donald Trump peut se vanter d’une instabilité gouvernementale. Avec lui, «Tu obéis ou tu te casses!»

Le président américain Donald Trump peut-il travailler en équipe ou les différentes démissions sont le signe qu’il déteste la contestation: « en dehors de moi il n’y a pas d’autre chef »

Le président américain, Donald Trump, peut-il travailler en équipe ou a-t-il le vilain caractère de Mobutu qui traitait ses ministres comme ses enfants? Apparemment, il déteste la contestation. Il aime tout contrôler et être le seul chef qui décide.

La preuve, en un an, l’administration Trump a perdu pas moins de 19 collaborateurs. Sally Yates, ministre de la Justice par intérim, a été virée, tout comme James Comey, patron du FBI. Michael Flynn, conseiller à la Sécurité nationale et soupçonné de collusion avec les Russes, a démissionné, ainsi que Tom Price, ministre de la Santé.

Deux directeurs de la communication en sept mois

Steve Bannon, conseiller spécial de la Maison-Blanche et premier artisan de la victoire de Trump, et Michael Dubke, directeur de la Communication, ont démissionné. Seulement dix jours après sa nomination, Anthony Scaramucci a quitté son poste, suivi six mois plus tard par celle qui l’a remplacé, Hope Hicks. Le 6 mars dernier, Gary Cohn, conseiller économique de la Maison-Blanche, a démissionné à cause de la décision de Trump de taxer les importations d’acier et d’aluminium.

Rex Tillerson: son limogeage est inquiétant

Trump vire son chef de la diplomatie sans ménagement

L’hémorragie a continué ce 13 mars 2018 avec le remplacement de Rex Tillerson à la tête du département d’Etat par le directeur de la CIA, Mike Pompeo. Une initiative personnelle du président pendant la tournée africaine du diplomate, rappelé d’urgence lundi 12 mars du Tchad sur Washington pour se voir notifier son limogeage. «Mike Pompeo, directeur de la CIA, va devenir notre nouveau secrétaire d’Etat. Il fera un travail fantastique! Merci à Rex Tillerson pour son travail! Gina Haspel va devenir la nouvelle directrice de la CIA, pour la première fois dirigée par une femme. Bravo à tous!», a tweeté le président.

Comment comprendre ce président qui conteste les acquis de ses prédécesseurs et change les règles du jeu du jour au lendemain (accords commerciaux, environnement) au nom de «l’Amérique d’abord»? Il se défait même de ses collaborateurs comme s’ils étaient de vulgaires messieurs. Versatile et imprévisible, il serait un président africain qu’il en avait déjà pris pour son grade. Les médias auraient dit de lui qu’il ne sait pas ce qu’il fait ou qu’il en fait à sa tête, comme un paranoïaque. Mais Donald Trump est un Américain. Il est donc présenté comme un chef modèle et rigoureux qui veille sur la mise en œuvre de son programme politique. Ainsi va le monde.

Théophile MONE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *