Accueil » Edito » Il faut laisser la mal-cause aux mal-causeurs et travailler

Il faut laisser la mal-cause aux mal-causeurs et travailler

Ça s’appelle jeter un caillou dans un essaim d’abeilles. La sortie du Premier ministre, Paul Kaba Thiéba (PKT), devant l’alliance des partis de la majorité pour marquer les deux ans de pouvoir de Roch Marc Christian Kaboré le 30 novembre dernier en a été un. Les partis de l’opposition (CDP, NAFA et UPC) lui ont admonesté des répliques qui lui feront réfléchir les prochaines fois qu’il voudra s’aventurer sur un terrain qu’il ne maîtrise pas.

On ne demande pas au Premier ministre de parler mais d’agir

Nous nous gardons de publier ces extraits (nous n’avons pas rapporté les propos querellés du Premier ministre) mais juste une illustration pour nous autoriser à l’interpeller car le Burkina n’a pas besoin de tels propos qui discréditent non seulement le personnage mais tout le pays du fait que c’est une autorité de premier plan.

On ne demande pas aux ministres (PKT fut-il le Premier d’entre eux) de se donner dans la mal-cause mais de démontrer par le travail que les Burkinabè ont eu raison de mener l’insurrection contre l’impunité, la mauvaise gouvernance, la corruption, le népotisme, bref toutes les tares du régime Compaoré et ouvrir les voies de l’alternance.

Le CDP, dans sa réplique, a parlé de «crise de delirium tremens, consécutive à un usage abusif d’alcool». N’est-ce pas méprisant pour l’autorité qu’il est censé incarner? Les histoires de gargotes rapportent également sa grande propension à trop lever le coude et souvent. Comme cette récente rencontre qu’il a eue avec des techniciens durant toute une nuit au cours de laquelle il aurait été visiblement éméché. Si c’est le cas, la sagesse moaga enseigne que «Raam ya gnubu, goam ya gusgu» (on peut boire mais il faut faire attention à ses paroles).

Le kaosweogo (un membre de la diaspora) Paul Kaba Thiéba ne maîtrise pas l’évolution politique du pays de ces dernières décennies. Le néophyte politique Paul Kaba Thiéba ne connait pas les subtilités du langage politique. Alors, qu’il fasse ce pourquoi il a été appelé et très bien. Des voix plus autorisées se chargent des questions politiques.

Il ne viendra dans l’esprit d’aucun militant du MPP de sortir certaines déclarations du Premier ministre. Les militants du MPP, pour la plupart, savent d’où ils viennent: du CDP. Donc aussi comptables de la gestion du CDP. Ils ont simplement réprouvé une velléité de Blaise Compaoré de vouloir de maintenir au pouvoir et ont quitté le CDP.

Alors, parler de 30 ans de pillage du CDP, c’est y inclure ceux qui ont été élus aujourd’hui et qui lui ont fait appel pour ses supposées compétences. Pas pour autre chose. Il faut donc éviter de mettre le doigt entre l’arbre et l’écorce…

C’est vrai qu’un militant de la 25ème heure se veut toujours plus zélé que les premiers mais Paul Kaba Thiéba doit quitter les piscines pour apprendre à nager dans les eaux courantes de nos rivières avant de se jeter dans le marigot politique burkinabè.

Le député Dim Salif (paix à son âme) lui aurait dit: on ne vous demande pas de compter les vaux mais de venir boire le lait…

Les Echos du Faso

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *