Accueil » Politique » Il faut mettre fin à la manipulation politique des Burkinabè

Il faut mettre fin à la manipulation politique des Burkinabè

Avant l’insurrection populaire, pendant la Transition et même aujourd’hui, un montre nouveau est né au Faso et crée sans cesse de la confusion: elle s’appelle manipulation. Des OSC aux associations de femmes et de jeunes en passant par les commerçants, tout est mis en œuvre pour persuader, divertir, faire mentir et mener en bateau l’opinion publique. C’est machiavélisme.

Depuis un certain temps, le peuple burkinabè subi des manipulations de toutes sortes

La manipulation est en symbiose avec l’esprit du machiavélisme: tous les moyens sont bons, y compris l’instrumentalisation des personnes, des idées et des groupes dans un but qui ne leur est pas forcément dévoilé, mais toujours en lien avec la conquête et l’exercice du pouvoir. Il y a en permanence une volonté de manipuler ceux qui peuvent vous aider, de même que les adversaires, soit pour les rallier soit pour les discréditer. Car la manipulation, inhérente à la vie politique, fonctionne en général par rapport à un troisième acteur: l’opinion publique.

Dans notre pays, pour faire tomber Blaise Compaoré, il a fallu créer des Organisations de la société civile (OSC), les former et les envoyer en mission auprès des populations des villes et des campagnes. Objectif, emmener le peuple à adhérer au mouvement «Blaise dégage». C’était de bonne guerre. Ces OSC ont eu le mérite d’éveiller les consciences et d’œuvrer à la mobilisation de la masse.

… Bori Bana
Après le réseau Dignité qui s’est indigné de…

Certaines d’entre elles ont joué un rôle dans le choix des dirigeants de la Transition. C’est pourquoi pendant la gestion de cette période particulière, les OSC se sont fait la guerre de leadership et de positionnement.

A l’heure des campagnes électorales, elles ont dû faire des choix stratégiques et prouvé leur capacité et de mobilisation et d’impact social. Il y allait de leur avenir.

Le bon travail effectué par ces organisations a permis à certaines personnes issue de ce milieu de se faire une place au soleil et de se voir récompenser: véhicules, maisons, argent, popularité, respect… Cette ascension fulgurante et l’argent facile a instauré naturellement la tentation de la convoitise, de la cupidité, des folles envies.

Par ailleurs, à l’heure du bilan et des récompenses, à l’image des cowboys, il y a eu des trahisons. Alors, depuis, certains hommes politiques et des membres d’OSC se regardent en chiens de faïence. Ce qui a suscité la création d’autres OSC pour les combattre.

Un groupe de commerçants n’a pas apprécié que le CACOK demande la libération des 2 généraux Djibrill et Diendéré

Ainsi des OSC sont qualifiées aujourd’hui de nombrilistes, d’être mues par des combats intestinaux et manipulées par des politiques tant du pouvoir que de l’opposition.

Le collectif des associations des commerçants et ouvriers du Kadiogo (CACOK), veut la libération des Généraux Djibril Bassolé et Gilbert Diendéré

Après les OSC, deux camps de commerçants se disputent la légitimité: qui pour réclamer la libération des généraux Djibrill Bassolé, qui pour rappeler que cette initiative n’est pas de la compétence «des vrais commerçants». Deux sorties qui sentent de la manipulation.

Dans le milieu de la presse, l’on parle régulièrement d’écrits tendancieux et de plumes guidées. Même s’il n’y a pas de preuve à cette allégation, les réseaux sociaux regorgent de manipulations politiques. Des jeunes à la moralité douteuse font du griotisme ou travaillent à distiller de petites phrases qui font la trame de l’information/propagande politique.

A ce rythme, toutes les couches sociales seront utilisées pour manipuler le peuple. Ainsi les imams, les prêtres, les pasteurs pourraient aller bientôt en mission de manipulation de leurs fidèles au compte des politiques.

Dans notre jeune démocratie, cette tendance à induire malicieusement les autres en erreur est une arme silencieuse qui détruira toute crédibilité des hommes politiques. Sa dangerosité est telle qu’il faut stopper ce machiavélisme de suite et maintenant. Il faut plutôt s’abonner à la splendeur de la vérité.

Théophile MONE

 

Encadré: Les techniques de manipulation

La stratégie de la diversion

La diversion consiste à détourner l’attention du public des problèmes importants et des mutations décidées par les élites politiques et économiques, grâce à un déluge continuel de distractions et d’informations insignifiantes. «Garder l’attention du public distraite, loin des véritables problèmes sociaux, captivée par des sujets sans importance réelle. Garder le public toujours occupé sans aucun temps pour penser»

Créer des problèmes, puis offrir des solutions

Cette méthode est aussi appelée «problème-réaction-solution». On crée d’abord un problème, une «situation» prévue pour susciter une certaine réaction du public, afin que celui-ci soit lui-même demandeur des mesures qu’on souhaite lui faire accepter.

La stratégie du différé

Une autre façon de faire accepter une décision impopulaire est de la présenter comme «douloureuse mais nécessaire», en obtenant l’accord du public dans le présent pour une application dans le futur. Il est toujours plus facile d’accepter un sacrifice futur qu’un sacrifice immédiat. D’abord parce que l’effort n’est pas à fournir tout de suite. Ensuite parce que le public a toujours tendance à espérer naïvement que «tout ira mieux demain» et que le sacrifice demandé pourra être évité. Enfin, cela laisse du temps au public pour s’habituer à l’idée du changement et l’accepter avec résignation lorsque le moment sera venu.

Faire appel à l’émotionnel plutôt qu’à la réflexion

Faire appel à l’émotionnel est une technique classique pour court-circuiter l’analyse rationnelle, et donc le sens critique des individus. De plus, l’utilisation du registre émotionnel permet d’ouvrir la porte d’accès à l’inconscient pour y implanter des idées, des désirs, des peurs, des pulsions, ou des comportements…

Encourager le public à se complaire dans la médiocrité

Encourager le public à trouver «cool» le fait d’être bête, vulgaire et inculte…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *