Accueil » Nè Wendé » Il faut que nous nous révoltons contre la fainéantise

Il faut que nous nous révoltons contre la fainéantise

Nè-WendéLe Burkinabè d’aujourd’hui ne peut pas être comparé au voltaïque d’antan, à plus forte raison au Burkinabè originel. Nè Wendé!

On dirait que bon dieu a déroulé une natte pour nous. Avant, en Côte d’Ivoire, au Gabon, le Voltaïque était magnifié pour son ardeur au travail. Tout ce qu’il faisait, Il le faisait bien. Nè Wendé!

La Révolution est venue ajouter l’intégrité à cette qualité. Il avait la conscience professionnelle aiguë et le sens du respect de la chose publique et du bien commun. Il n’était pas un dealer, il ne broutait pas là où il était attaché. Il rendait le service sans attendre des pourboires. Nè Wendé!

A partir de la prise de pouvoir par Blaise Compaoré, on a tout vu: des délinquants au col blanc au planton affairiste, en passant par les commerçants véreux et assassins, tout est là. C’est pourquoi nous mourrons comme des mouches pulvérisées avec un insecticide. On nous empoisonne à tout bout de rue pour de l’argent. De l’argent qu’on veut ajouter à son bénéfice. Nè Wendé!

Voilà pourquoi l’Armée, jadis considérée pour sa vertu, est devenue un repaire d’affairistes. Des officiers vivent dans la luxure et la troupe est rebelle. Plus de discipline, plus de respect envers le supérieur. Pour maintenir son pouvoir, il a divisé l’Armée pour mieux régner. C’est pourquoi ces insoumis ne sont pas prêts de regagner les rangs. Il a fermé les yeux sur les dérives, s’il ne les a pas encouragées. Il a donc donné des privilèges à certains délaissant d’autres. Nè Wendé

L’administration publique et privée a également été gangrenée par la corruption. Personne ne veut plus rendre gratuitement le service pour lequel il a été engagé. Il faut pousser les dossiers. Nè Wendé!

Le pire, c’est que les fonctionnaires ne travaillent même plus. Ou ils sont en grève, ou ils sont hors des bureaux. En cette période, cerise sur le gâteau, après quatre jours passés à la maison, ils ont également la journée continue pour cause de SIAO sur la journée continue normale. One ne part plus à la maison à 16 heures mais à 14 h. Pendant ces quatre jours de repos, y a-t-il quelqu’un qui veut aller au SIAO qui ne l’a pas fait? Nè Wendé!

Cette même situation des longs repos sera rééditée le 11 décembre, le 24 décembre et le 31 décembre. Révoltons-nous contre ces journées chômées et payées et travaillons pour produire les richesses dont nous avons besoins pour assurer notre bien-être. Nè Wendé!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *