Accueil » Société » La femme au cœur d’un Burkina nouveau

La femme au cœur d’un Burkina nouveau

La conférence nationale de la femme se tient du 8 au 11 novembre 2018 à l’Eglise Biblique de la Vie Profonde de Ouagadougou. L’ouverture de cette 3ème édition est placée sous le parrainage de la ministre de la Femme, de la Solidarité nationale et de la Famille, Hélène Marshall/Ilboudo, représentée par Mme Yvette Dembélé, secrétaire d’Etat chargée des affaires Sociales. L’objectif de cette conférence nationale est d’accroître par la prière et les enseignements les capacités des femmes à transformer positivement la société.

Yvette Dembélé, représentante du ministre de la Femme

Selon Jahanna Pitroipa co-marraine de la cérémonie: «L’avenir de la société burkinabè dépendra de ce que la femme burkinabè vaudra que celle-ci soit». Aussi par des exposés, des présentations, adorations et enseignements ils entendent transformer la femme pour qu’à son tour, elle transforme la société toute entière. La femme est la clef de la transformation de la société burkinabè. C’est l’intime conviction qui a guidé Johanna Pitroipa.

Jahanna Pitroipa, co-maraine

La femme, selon les statistiques, occupe plus de 51% de la population du Burkina, donc majoritaire. En plus de cela, elle est le socle de la famille et de la société. De ce fait, la femme doit s’approprier certaines valeurs de probité, de leadership, de bonté et de crainte de Dieu afin de transformer les soi-disant obstacles en opportunités, mais aussi transformer la société. Car c’est d’elle que l’éducation sociale part. C’est en substance la mission de cette conférence. La cérémonie d’ouverture est intervenue d’ailleurs sous le thème: «Les femmes de visions à l’heure de grandes défis». Pendant ces 4 jours que va durer la conférence, les femmes pourrons non seulement réfléchir sur les réalités actuelles, mais aussi prendre des engagements pour l’amélioration de leur condition de vie, gage de création de cellules familiales agréables et d’une société plus épanouie.

L’enceinte de l’Eglise

La co-marraine, Johanna Pitroipa, a tenu à féliciter de vive voix le département de l’Eglise de la Vie Profonde pour l’initiative de la présente conférence. Pour elle, cette conférence augure de nouvelles perspectives pour les femmes. «L’acquisition d’aptitudes appropriées permettront sans nul doute de relever les défis qui se posent aux femmes», à-t-elle mentionné avant de conclure en exhortant les femmes de l’Eglise Biblique de la Vie Profonde à suivre la logique de la parole de Dieu.

Aussi, Yvette Dembélé n’a pas manqué de saluer le combat que mène le département de l’Eglise pour l’éveil des femmes et pour leur épanouissement. Elle reconnaît cependant que les défis à relever sont énormes car l’analphabétisme, la pauvreté ont un visage féminin. Mais selon elle, en se penchant sur c’est 4 jours d’échange les femmes en sortiront grandies et par elles, la société Burkinabè.

Hamadou Ouédraogo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *