Accueil » Ca se passe à l'assemblée » Finale de la Coupe de l’Assemblée nationale: c’était aussi l’occasion d’une expression de l’influence politique!

Finale de la Coupe de l’Assemblée nationale: c’était aussi l’occasion d’une expression de l’influence politique!

En plus de la mobilisation populaire que le maire de la commune de Bobo-Dioulasso a présentée comme un trophée de guerre, l’influence politique s’est exprimée à travers, entre autres, l’effusion de billets de banque par des groupes parlementaires. C’était le samedi 29 juillet dans la ville de Sya, à l’occasion de la finale de la Coupe de l’Assemblée nationale (CAN).

Députés à la tribune officielle entonnant l’hymne national avant le coup d’envoi de la finale

Après avoir remercié le président de l’Assemblée nationale (AN) pour lui avoir confié «la responsabilité de la mobilisation des Bobolaises et des Boboais», le maire de la commune hôte, Bourahima Sanou, a laissé entendre: «Nous n’avons pas eu de difficulté» à mener à bien cette mission apparemment perçue comme un défi politique à relever au mieux. En tout cas, la mobilisation était celle des grands jours de la ville de Sya. Sportifs, amoureux du ballon rond et populations de tous âges, ont massivement fait le déplacement du stade Wobi où s’est disputée âprement cette finale de la première édition de la CAN.

Même si les ovations ont manqué de promptitude – logiquement attendue – pendant qu’il prononçait son discours, cette mobilisation peut être inscrite raisonnablement à l’actif du maire de Bobo. Du reste, il en était visiblement fier. Une fierté tout au moins légitime. Il semble ainsi avoir fait la preuve de sa popularité, sinon de son influence politique, aux yeux notamment du président de son parti qu’est le MPP. En effet, le maire Bourahima Sanou a été élu sous la bannière du MPP qui est dirigé par le président de l’AN, Salifou Diallo.

Le maire Sanou a également tenu à rappeler l’influence que sa commune a exercée sur l’évolution politique du Burkina. En effet, dira-t-il, «Jouer la finale de la 1ère édition de la CAN à Bobo-Dioulasso, c’est reconnaître à cette ville et à sa région leur place dans la construction de la démocratie et de l’Etat de droit, de la Haute-Volta au Burkina Faso aujourd’hui». Et de préciser, «l’histoire politique du Burkina Faso nous enseigne que cette ville et sa région ont toujours été les pionnières dans les luttes qui ont façonné notre cher pays dans sa quête d’indépendance et de développement économique».

L’argent, indirectement mis au service de l’influence politique

Comme c’est généralement le cas à pareilles occasions, et surtout suite à l’appel émis éloquemment avec insistance à soutenir le tournoi organisé par la Représentation nationale, de l’argent a circulé au stade Wobi ce 29 juillet. L’occasion, le groupe parlementaire MPP (Mouvement du peuple pour le progrès, au pouvoir), l’a trouvée toute belle pour émettre une salve financière au profit des équipes finalistes. Il a, en effet, brandi une enveloppe de 100 000 F CFA.

S’en est aussitôt suivie la réaction concrètement et hautement financière de deux groupes parlementaires de l’opposition politique: le groupe parlementaire UPC (Union pour le progrès et le changement) a débloqué 115 000 F CFA, puis le groupe parlementaire CDP (Congrès pour la démocratie et le progrès) a presque doublé la mise en défalquant 200 000 F CFA. L’annonce de cette somme (200 000F) a été suivie d’un tonnerre d’applaudissements.

L’on peut donc dire que l’influence politique à travers les débats parlementaires s’est déportée de l’hémicycle à l’arène sportive où elle s’est exprimée dans une tendance équilibriste par l’entremise des forces de frappe financière des partis MPP, UPC et CDP. Mais les deux autres groupes parlementaires assez composites en termes de partis politiques, en l’occurrence le groupe Burkindlim (majorité présidentielle) et le groupe Paix, Justice et Réconciliation nationale (PJRN, opposition), certainement représentés à cette cérémonie footballistique, ont brillé par leur silence.

Paangui Parè

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *