Accueil » Défense-Sécurité » Flintlock 2019: c’est fini!

Flintlock 2019: c’est fini!

L’exercice multinational Flintlock consacré au renforcement des capacités opérationnelles des unités des forces spéciales de plus d’une trentaine de pays en vue d’apporter une réponse efficace dans la lutte contre le terrorisme sous toutes ses formes a pris fin le vendredi 1 er Mars 2019 au Camp Bila Zagré à Kamboinse. Présidée par le ministre d’Etat, ministre de la défense nationale et des anciens combattants, Cherif Moumina Sy, la cérémonie de clôture a été marquée par une démonstration de saut para et un exercice de libération d’otages.

la photo de famille

2000 participants de 31 pays dont douze pays africains, seize pays occidentaux et deux pays observateurs ont pris part du 18 au 1er Mars 2019, à Ouagadougou, Pô, Loumbila et Bobo Dioulasso, à l’exercice multinational, Flintlock. S’appuyant sur des scénarii aussi proches que possible de nos réalités, les participants ont durant deux semaines, travaillé sans relâche selon le ministre d’Etat, ministre de la défense, Chérif Sy, dans le but de renforcer leurs compétences aussi bien au niveau des Etats-majors que sur le terrain à travers le partage d’expérience et l’acquisition des savoir-faire tactiques.

la clôture de Flintlock 2019 a été marquée par un exercice de libération d’otage

Rappelant l’importance d’un tel exercice dans cette lutte acharnée contre les forces du mal, le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré en visite du commandement des opérations a noté : « C’est un exercice important, des moments de partage d’expériences et d’aguerrissement de nos troupes, et d’amélioration de l’esprit de coordination des opérations. Nous devons apprécier positivement ce type d’exercice et souhaiter que la force conjointe du G5 Sahel, qui y participe,  puisse en tirer les meilleurs bénéfices ».

Cela prouve, poursuit-il, que « nous avons la capacité de renforcer notre potentiel intérieur en terme de formation de nos troupes » a indiqué Roch Marc Christian Kaboré.

Face à la recrudescence des activités des groupes armées terroristes, la criminalité transfrontalière organisée…, Flintlock a réussi, foi de Chérif Sy, « à nous conforter dans la certitude que sans la solidarité internationale et une vision partagée des phénomènes d’insécurité, nous ne pourrions construire les bases solides d’un partenariat durable et efficace ».

la clôture de Flintlock 2019 a été marquée par un saut para

C’est pourquoi « nous devons mener notre combat dans un cadre sous régional au moyen d’une stratégie globale et concertée qui intègre le développement économique et la bonne gouvernance comme facteurs incontournables de sécurité et de stabilité ». Convaincu que le terrorisme sera vaincu sous toutes ses formes, le ministre de la défense a émis le vœu de voir se renforcer et se bonifier un tel partenariat.

Se réjouissant du bon déroulement de l’exercice, l’ambassadeur des Etats Unis, Andrew Robert Young a pour sa part indiqué : « Je suis fier du fait que nous avons fait un grand pas en avant pour rendre Flintlock aussi inclusif que possible et permettre à tous les participants de prendre part de manière équitable à la formation».

A entendre le général Marcus Hicks, commandant de l’US Africom, cette année, Flintlock a été exceptionnel car « les pays africains ont fourni des formateurs qui étaient à la hauteur de nos attentes ».

Toute chose que le lieutenant-colonel Mamadou Doumbia, commandant des forces spéciales guinéennes va confirmer. “Nous avons aussi en Afrique un vivier d’officiers formés capables de former nos hommes à jouer un rôle dans un état-major.

Madina Belemviré

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *