Accueil » Economie-Finances » Fonds commun: a-t-on a créé deux catégories d’agents au Trésor et aux Impôts?

Fonds commun: a-t-on a créé deux catégories d’agents au Trésor et aux Impôts?

La sortie médiatique du Syndicat national des travailleurs du Trésor public du Burkina (SNTPB) le 17 février 2018 à la faveur de sa rentrée 2018 a révélé un grand malaise au sein de l’administration du Trésor. Un climat malsain règne sur le partage du fonds commun jugé inéquitable. La même situation prévaudrait aux Impôts également.

Les animateurs de la conférence de presse du 17 février 2018

Le protocole d’accord signé entre le Syndicat autonome des agents du Trésor du Burkina (SATB) et le gouvernement a concerné la répartition de la somme destinée à motiver aux agents communément appelée «Fonds commun». Suite à ce protocole, un arrêté de répartition pris par le ministre de l’Economie, des Finances et de Développement précise les modalités de répartition. C’est à ce niveau qu’une grande discrimination a été constatée.

En effet, les agents provenant de l’ENAREF se taillent la part du lion. Ils partagent 80% du montant avec tous les autres travailleurs et se répartissent ensuite les 20% entre eux. Une situation que le SNTPB qualifie d’inéquitable et qui serait source de frustrations au sein de cette administration. «D’un côté, on a des super agents, c’est-à-dire ceux qui viennent directement de l’Ecole nationale des régies financières (ENAREF) et qui croient que le Trésor leur appartient et de l’autre les petits agents, autrement dit les recrutés qui sont traités comme des allogènes» s’est indigné le SNTPB.

Sur le terrain, ceux qui reçoivent les 80% n’entendent plus mouiller le maillot dans le travail face à ceux qui bénéficient des 100%. Des expressions du genre «chacun doit mériter son fonds commun» est en vogue dans les services.

Ce qui se passe aux Impôts est pire par rapport au Trésor. Dans cette direction, il existe 3 types d’agents face au fonds commun. Ceux sortis de l’ENAREF, les autres fonctionnaires de l’administration affectés et les contractuels. La loi ne permettant pas aux  contractuels d’aller en grève, ils subissent cette injustice dans cette même Fonction publique. Pendant ce temps, ceux sortis de l’ENAREF brandissent l’arme de la grève comme moyen de pression. Comme l’a si bien dit bien le  Dr Ra-Sablga Seydou Ouédraogo, la grève rapporte au Burkina Faso.

Pourtant, face au travail, il n’y a aucune différence entre la provenance de l’agent. Dans une administration, tout le monde se complète. Il faut des secrétaires pour le courrier et même les saisies parce que, de nos jours, de nombreux agents provenant de l’ENAREF restent des analphabètes en informatique. Il faut des agents de bureau et des chauffeurs pour le travail de terrain. Cette guerre des écoles interpellent tout Burkinabè. Aucun corps de métier ne peut se prévaloir de pouvoir travailler seul sans le concours des autres. A moins que l’ENAREF se mette à former des agents capables en même temps d’être des informaticiens, des gestionnaires de ressources, des administrateurs, des juristes, des agents de liaison, des secrétaires, des chauffeurs, etc.

La frustration des autres agents est encore grande face à certaines pratiques en cours dans l’administration du Trésor et des Impôts. Une de ces pratiques est l’exagération des missions hors de Ouagadougou afin de bénéficier de prise en charge. Pour l’élaboration ou la relecture du moindre document, il faut la mise en place d’une commission avec une mission dont le nombre de jours varie entre 5 et 21 jours.

Des agents du Trésor et des Impôts ont, par exemple, loué des villas dans une ville comme Koudougou à force d’y aller pour les séminaires. Par une telle opération, ils économisent sur les frais d’hôtels.

La Fonction publique burkinabè est devenue un nid d’affairistes. Sous le couvert des revendications, des agents pillent les ressources nationales mais passent le temps à incriminer les premiers responsables de mal-gouvernance.

Quel avenir pour le Burkina dans cette ambiance d’injustices et d’iniquités?

Adoua Kassiro

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *