Accueil » Ca se passe à l'assemblée » Fonds commun: un agent de catégorie A du ministère des Finances touche 6 millions de FCFA par an

Fonds commun: un agent de catégorie A du ministère des Finances touche 6 millions de FCFA par an

Hadizatou Rosine Sori/Coulibaly, la ministre de l’Economie, des Finances et du Développement (MINEFID), était devant les députés cet après-midi du 23 mars 2018 pour répondre à la question d’actualité du député Ousséni Tamboura sur le niveau de mise en œuvre des protocoles signés avec les syndicats, l’incidence du fonds commun et sa soutenabilité sur le budget de l’Etat. Dans sa réponse, le MINEFID a indiqué qu’un un agent de catégorie A du ministère des Finances touche 6 millions de FCFA par an.

La ministre des Finances devant les députés

L’incidence financière des engagements pris avec les syndicats depuis l’arrivée au pouvoir du président Roch Marc Christian Kaboré est énorme. Si en 2016, elle était de 55,880 milliards de FCFA, elle est passée à 67,510 milliards de FCFA en 2017 puis à 94,983 milliards de FCFA pour 2018. Selon les projections de 2019 et 2020, l’incidence financière serait respectivement de 106 et 100 milliards de FCFA.

Hadizatou Rosine Sori/Coulibaly a donné cette information aux députés dans une salle silencieuse, ce qui témoigne de l’attention des députés pour ces informations. A la fin de sa présentation, elle a été interpelée par le président de l’Assemblée nationale, Alassane Bala Sakandé, qui voulait savoir combien gagne un agent de catégorie A comme salaire et comme fonds commun.

Elle a hésité dans sa réponse: «Je ne suis pas à l’aise pour le dire» a-t-elle avancé. Elle a été relancée par le président de l’Assemblée nationale: «Dites tout. Nous sommes là dans le cadre de la transparence. Les députés et le peuple veulent savoir». Dans sa réponse, Hadizatou Rosine Sori/Coulibaly a indiqué que son ministère compte 8 300 agents. En 2012, alors que la masse salariale était de 11,5 milliards de FCFA, le fonds commun était évalué à 7,4 milliards de FCFA.

En 2016, le fonds commun (26,9 milliards de FCFA) a dépassé la masse salariale (23,8 milliards de FCFA). En 2017, l’enveloppe allouée au fonds commun était de 55 milliards de FCFA. Elle a ajouté que chaque agent de catégorie A a perçu la somme de 6 millions de FCFA comme fonds commun en 2017. Les agents de catégorie B ont perçu chacun 4 millions de FCFA.

Elle a déploré le langage ordurier et irrespectueux de certains responsables syndicaux de son ministère (dont certains ont l’âge de ses enfants) qui remettent en cause la sincérité des courriers envoyés.

La ministre de l’Economie, des Finances et du Développement a regretté le fait que la coordination des syndicats de son ministère ait déposé un préavis de grève pour début avril 2018 pour les raisons qu’elle juge insuffisantes.

Le président Sakandé a dit la disponibilité de l’Assemblée nationale à aider le gouvernement à donner plus de  »puissance » aux FDS

A propos de l’exigence de réoccuper le bâtiment R+4 située en face de la Radio nationale, Hadizatou Rosine Sori/Coulibaly rappelle que c’est le syndicat des agents des finances qui a exigé de quitter le bâtiment. Ce syndicat a argué que le bâtiment présentait des risques d’effondrement, malgré l’expertise du Laboratoire national du Bâtiment et des Travaux publics pour qui le bâtiment serait en bon état. Elle ne comprend pas pourquoi ce syndicat réclame un bâtiment qu’il a abandonné il y a à peine un an.

A propos de rationalisation du carburant, elle informe qu’avant décembre 2017, le carburant était octroyé sans base légale. Pendant que certains directeurs se retrouvaient avec 700 000 FCFA de carburant par trimestre, d’autres pouvaient bénéficier de 2 millions de FCFA de carburant par trimestre. Elle a donc pris une décision d’harmoniser et de plafonner les montants.

Sur la rationalisation du parc automobile de l’Etat, elle note que l’Etat burkinabè n’a pas une situation claire de son patrimoine roulant. Une réforme est proposée dans ce sens.

En conclusion, la ministère pense que cette inégalité dans le traitement des agents pose un problème d’éthique et de morale.

Le président de l’Assemblée nationale, Alassane Sakandé, a déploré des revendications syndicales dans un contexte d’attaques terroristes. Il a affirmé la disponibilité de l’Assemblée nationale à accompagner le gouvernement dans la rationalisation des dépenses afin de doter les forces de défense et de sécurité (FDS) de moyens adéquats pour lutter contre le terrorisme.

Adoua Kassiro

3 commentaires

  1. 30% 76% 80% 100%

    Les agents du MINEFID qui exercent un emploi spécifique formés dans des écoles autre que l’enaref ont droit à 30% du font commun si toute fois ces agents sont recrutés au MINEFID après le 1er janvier 2017, 76% sinon. Conséquence un cadre A de cette catégorie d’agents à 1 800 000 FCFA de fond commun par an au lieu de 6 000 000. Y’a longtemps l’autorité ne décide plus..donc ne rendons pas les choses plus complexes..

  2. Je pense qu’il est temps que l’état pense à résoudre cette injustice. Honnêtement, je suis du privé je ne sais pas ce qu’un agent des impôts fait comme effort pour recouvrer nos contributions. C’est nous qui allons les payer et souvent très difficilement. S’il faut prendre nos efforts de construction du pays pour les servir à des individus qui sont déjà très bien payés, il y a vraiment une question d’éthique et de moral. Nous sommes aussi entrain de nous organiser au niveau du privé pour demander à l’État de revoir à la baisse notre contribution au développement du pays, que nous ne voyons pas venir. Nous voulons nous aussi investir autrement dans le pays. C’est une de nos solutions à l’État. Si les impôts ne recouvrent plus grand chose ils n’auront pas à revendiquer. C’est parce qu’ils voient qu’ils demandent un peu plus tous les jours. Regardez, en 2017 on enregistrait les contrats sous exonération à 10 000FCFA. En 2018 on nous impose 25 000 F CFA sans aucune forme d’explication. Vous croyez que ça peut continuer comme ça? Nous souffrons pour honorer les impôts, l’État les prend et les sert à ses agents. C’est comme si on déplaçait l’argent de X à Y. Pourquoi? J’encourage l’AN à se pencher sur le sujet avec la Ministre que je respecte du fond du cœur. Si elle avait été écoutée, je pense que beaucoup serait résolu aujourd’hui. Malheureusement, le président Roch semble aduler les uns au détriment de la masse populaire qui ne connait pas de salaire mais qui contribue au devenir du pays à sa manière. C’est une interpellation à la justice sociale. Vous l’avez vous-même reconnu, le problème du pays est un problème de justice. La justice n’est pas seulement une question des robes noires. C’est aussi la bonne gouvernance de nos maigres ressources. Réveillez-vous messieurs les décideurs sinon vous dépasserez Blaise à Abidjan dans votre fuite pour où, je ne sais pas.

  3. Rendez à césar ce qui appartient à césar.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *