Accueil » Défense-Sécurité » Forces armées: 20 stagiaires formés pour entretenir et conserver le matériel armement petit calibre

Forces armées: 20 stagiaires formés pour entretenir et conserver le matériel armement petit calibre

L’Institut supérieur de Logistique de Ouagadougou (ISLO) vient de mettre à la disposition des forces armées de 14 pays des techniciens experts dans le domaine de l’armement. Au nombre de 20 stagiaires, cette 7e promotion du Certificat technique deuxième degré (CT2) en armement petit calibre (APC) a, après 14 semaines de formation intensive, effectué sa sortie le vendredi 29 juin 2018, sous la présidence du Commandant du Groupement central des Armées, le colonel-major Moïse Minoungou, représentant le Chef d’Etat-major général des Armées.

La photo d’ensemble

«Dès demain ils peuvent être engagés partout et sans aucune hésitation», a assuré le Directeur des études de l’ISLO, le lieutenant-colonel Fabrice Hecht, qui a apprécié positivement le niveau de la promotion dont les résultats parlent d’eux-mêmes. «Avec une moyenne de stage de 15,64 et une moyenne de 14 et quelque pour le dernier de la classe, le niveau est excellent, homogène», a soutenu le lieutenant-colonel Hecht.

Débuté le 26 mars dernier, ce stage de quatorze semaines a consisté, selon le Directeur général de l’ISLO, le lieutenant-colonel Nestor Ouédraogo, à donner tous les moyens nécessaires aux stagiaires pour pouvoir entretenir et conserver le matériel armement petit calibre. «Ça passe par l’apprentissage du maniement des armes, à la réparation jusqu’à la reconstruction des armes», a indiqué le Directeur des études.

Le Directeur des études, le lieutenant-colonel Fabrice Hecht

A cet effet, la formation a été subdivisée en deux modules selon le représentant de la promotion, l’adjudant-chef Yaya Bangoura de la Guinée. Une unité de valeur N°1 ponctuée de cours théoriques qui a permis aux stagiaires d’étudier les caractéristiques générales des armes du stage, l’organisation, le fonctionnement et la gestion d’un atelier de réparation des armes. Une seconde unité de valeur N°2 qui a été soldée par des cours pratiques axés sur des actes de maintenance, l’ajustage et clôturé avec les armes étudiées. Grâce à cette formation, foi du Directeur des études, «ces stagiaires seront capables de reconstruire des armes ou certaines pièces de l’armement».

Le Commandant du Groupement central des Armées remettant le diplôme au major de la promotion

Avec une moyenne de 16,70, le major de la promotion, le maréchal des logis chef Boniface Tenao Malo de la Gendarmerie nationale du Burkina Faso a confié: «Nous nous sommes considérés ici comme étant en mission et avec des résultats pareils, nous avons le sentiment d’avoir accompli notre mission».

Mais les diplômes obtenus n’auront de sens que si les compétences acquises sont mises à profit. C’est dans ce sens que, s’adressant aux stagiaires, le colonel-major Moïse Minoungou a dit: «Un militaire sans son arme n’est pas un militaire et un militaire qui a une arme qui ne fonctionne pas, c’est encore grave parce que c’est moins un bâton». De ce fait, recommande-t-il, «vous qui êtes chargés de réparer ces armes, vous devez savoir que vous avez un boulot très important. Prenez au sérieux ce que vous avez appris et surtout mettez-le en pratique».

Madina Belemviré

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *