Accueil » Défense-Sécurité » Forces armées nationales: la promotion «Loyauté» jugée digne de porter les épaulettes de sergent

Forces armées nationales: la promotion «Loyauté» jugée digne de porter les épaulettes de sergent

Au cours d’une cérémonie de fin de formation, la 8e promotion des élèves sous-officiers d’active (ESOA) et la 4e promotion des élèves sous-officiers spécialistes (ESOS) au nombre de 98, ont été jugés dignes de porter les épaulettes de sergent, les rendant aptes à commander un groupe de combat, aussi bien en temps de paix, en temps de crise que dans le cadre des opérations de soutien à la paix. C’était le mercredi 19 juillet 2017 à Kamboincin, sous la présidence du Chef d’état-major général des armées et le parrainage du colonel-major Yaya Séré.

Le major de la huitième promotion ESOA recevant les épaulettes des mains du chef d'Etat-major général des armées
Le major de la huitième promotion ESOA recevant les épaulettes des mains du Chef d’état-major général des armées

«Loyauté». Tel est le nom de baptême de la huitième promotion des ESOA forte d’un effectif de soixante-dix-neuf soldats parmi lesquels 4 personnels féminins et de la quatrième promotion des ESOS au nombre de dix-neuf dont un personnel féminin.

Recrutés à l’issue d’un concours direct auquel ont pris part plus de 3 000 candidats titulaires au minimum le brevet d’études du premier cycle (BEPC) , ce contingent a été admis à l’école le 21 octobre pour les ESOA et le 15 novembre 2015 pour les ESOS. Durant ces deux ans, la promotion «Loyauté» a suivi un programme de formation qui a couvert une gamme disciplinaire articulée en cinq grands domaines. La formation au comportement militaire, la formation à la mission opérationnelle, la formation militaire physique et sportive, la formation administrative et technique et enfin la culture générale qui a porté sur l’anglais opérationnel ainsi qu’une série de conférences sur des thèmes d’actualité et d’intérêt militaire.

Les sergents nouvellement sortis lors du défilé
Les sergents nouvellement sortis lors du défilé

Au terme de cette scolarité, les 98 sergents ont été jugés aptes à renforcer le maillon central des Forces armées nationales, c’est-à-dire la catégorie des sous-officiers. Dans l’armée, renseigne le Chef d’état-major de l’armée de Terre (CEMAT), le colonel-major Léon Traoré, cette catégorie est comme un lien central. Pour que la chaîne de commandement marche, il faut, a-t-il révélé, que le lien central soit robuste et résistant.

Au regard des résultats engrangés par cette promotion «Loyauté» qui a obtenu une moyenne générale de 13,92, le colonel-major Traoré est confiant que ces jeunes sous-officiers sauront tenir efficacement leurs rôles au sein des différentes unités, surtout en cette période où les engagements opérationnels sont  nombreux.

Cependant, la carrière des militaires étant un sacerdoce, le CEMAT a noté que la réussite des futurs sergents dépend de leur dévouement au métier des armes, surtout au moment où les valeurs éthiques tendent à céder leur place au gain financier. «On ne vient pas dans l’armée pour se faire de l’argent, on vient dans l’armée parce qu’on aime le métier. On vient pour servir sa nation parfois au péril de sa vie», a-t-il prévenu. Pour relever ce challenge, il les a invités à s’inspirer de l’exemple de leur parrain. «Vous devez être engagés, dévoués, prêts à servir la nation en respectant toutes les valeurs éthiques des FAN», a-t-il recommandé. Et le commandant de l’ENSOA, le Chef de bataillon Mahamadi Bonkoungou, de renchérir: «Jetez-vous sans compter dans l’arène de l’action et demeurez en tout temps de dignes ambassadeurs de l’ENSOA».

La major de la 4e ESOS promotion, Marguerite Diabouga
La major de la 4e promotion ESOS, Marguerite Diabouga
Le chef d'Etat-major de l'armée de terre
Le Chef d’état-major de l’armée de Terre

Très fier d’avoir reçu son épaulette, le major de la 8e promotion ESOA, David Zongobié, a pris l’engagement de servir les FAN avec dévouement, abnégation et loyauté. Idem pour la major de la 4e promotion ESOS, Marguerite Diabouga, qui a été marquée par la solidarité et la compétence de l’école. Elle a donc invité ceux qui hésitent encore à embrasser la carrière des armes à le faire parce que, dit-elle, «c’est un métier noble».

Par ailleurs, le colonel-major Traoré a confié que le recrutement des sous-officiers va bientôt passer au niveau Bac. «Il n’est pas normal que nous continuons de recruter niveau BEPC, alors qu’au niveau national, le Bac donne droit à des formations beaucoup plus pointues», a-t-il dit, tout en indiquant qu’en plus d’annualiser les recrutements, des armées sœurs du Bénin, de la Centrafrique, de la Côte d’Ivoire et du Tchad intégreront dès l’année prochaine l’ENSOA aux côtés de leurs frères burkinabè.

Madina Belemviré

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *