Accueil » Société » Formation en secourisme à l’ENAREF : la JCI Ouaga Mètba enseigne «les gestes qui sauvent»

Formation en secourisme à l’ENAREF : la JCI Ouaga Mètba enseigne «les gestes qui sauvent»

Le président de la JCI Ouaga Mètba (à droite) et le Délégué général des élèves de l’ENAREF
Le président de la JCI Ouaga Mètba (à droite) et le Délégué général des élèves de l’ENAREF

La Jeune Chambre Internationale Ouaga Mètba a lancé, le samedi 28 février 2015, à Ouagadougou, la 1ère édition du projet de formation en secourisme. Cela, en collaboration avec la Brigade nationale des Sapeurs-pompiers (BNSP), l’Ecole nationale des régies financières (ENAREF) et la mairie de l’arrondissement N°8 de Ouagadougou. Cette formation, qui comporte deux sessions de 3 jours chacune, touchera plus de 100 jeunes. Elle a pour but de contribuer à la réduction de la mortalité due au manque de premiers soins de secours en permettant aux participants de connaître les premiers gestes de secours à apporter à une victime.
Quels sont les gestes qui sauvent? Comment réagir face à un accident à la maison, au travail ou sur la route? Ne pouvons-nous pas faire un geste avant l’arrivée des sapeurs-pompiers? C’est pour apporter des réponses à ces préoccupations que la Jeune Chambre Internationale Ouaga Mètba a initié cette formation qui a pour thème «Les gestes qui sauvent».

Le présidium et des membres de la JCI Ouaga Mètba (debout)
Le présidium et des membres de la JCI Ouaga Mètba (debout)

Pour le délégué général des élèves de l’ENAREF, Aly Sidibé, qui au nom des bénéficiaires, a salué cette collaboration entre son école et la JCI Ouaga Mètba, «nous avons foi qu’elle contribuera à préserver nos vies et celles de nos proches». La JCI Ouaga Mètba étant une organisation qui regroupe plus de 30 membres actifs et qui œuvre pour le bien-être de la communauté, «nous devrions contribuer par ce projet à la sauvegarde de la vie humaine. En effet, chaque année, 10 000 vies pourraient être épargnées si une personne sur cinq connaissait les gestes d’urgence», a relevé le président de la Jeune Chambre Internationale Ouaga Mètba, Joachim Ouédraogo. Face à une situation d’urgence d’accident, une personne peut perdre la vie dans l’attente d’un agent qualifié pour le secours. Alors qu’avoir un bon réflexe à travers des techniques simples peut sauver une vie sinon des millions de vies. Ces techniques permettent d’apporter des réponses efficaces devant un danger vital et ont comme objectif d’en minimiser les conséquences tout en assurant la survie des personnes en leur prodiguant des premiers soins d’urgence.

Des participants à la cérémonie de lancement.
Des participants à la cérémonie de lancement.

La JCI Ouaga Mètba s’y investit tant car comme stipule l’un des principes de la Jeune Chambre Internationale, la personne humaine est la plus précieuse des richesses. Aux dires du président de la JCI Burkina, Aboubakari Barro, l’organisation reconnaît maintenant que les défis aujourd’hui exigent l’engagement des jeunes citoyens actifs dans leurs communautés à travers des actions qui répondent aux besoins desdites communautés. C’est pourquoi, la cérémonie a connu la présence du directeur du projet, Delali Gbekle Yao, du directeur général par intérim de l’ENAREF, Mohamed W. Zongo, des représentants de la BNSP qui ont ensemble salué le projet. Elle est a été présidée par le ministre de la Santé qui s’est fait représenter par Dr Salifou Konfé, directeur des établissements de santé. Celui-ci, dans son mot de lancement, a réaffirmé la disponibilité du ministère de la Santé à encourager et à appuyer de telles initiatives.
Les sessions de formation sont prévues du 20 février au 2 mars et du 14 au 16 mars.
Pour rappel, la Jeune Chambre Internationale Burkina est une association apolitique et à but non lucratif regroupant des jeunes citoyens actifs de 18 à 40 ans, c’est-à-dire des jeunes soucieux de contribuer au développement de leur communauté.
Omar Compaoré

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *