Accueil » Défense-Sécurité » Forum national sur la sécurité: plus de 600 participants pour identifier les défis et menaces et faire des recommandations

Forum national sur la sécurité: plus de 600 participants pour identifier les défis et menaces et faire des recommandations

«Faire un diagnostic complet de la situation de la sécurité dans notre pays en vue de déterminer des axes stratégiques pour l’élaboration d’une politique nationale de sécurité». C’est l’objectif visé à travers le forum national sur la sécurité qui se tiendra du 24 au 26 octobre 2017 à Ouagadougou. Avec comme invité d’honneur, Mohamed Ibn Chambas, représentant spécial du Secrétaire général des Nations unies, ce forum va réunir plus de 600 participants de divers horizons dont des experts, les Forces de défense et de sécurité, les universitaires, la société civile, les initiatives locales de sécurité. Présidée par le Chef de l’Etat, Roch Marc Christian Kaboré, la cérémonie d’ouverture a eu lieu ce mardi 24 octobre à Ouagadougou.

Le présidium à l’ouverture du Forum. Le président du Faso au milieu, l’ambassadeur de France au Burkina à droite et le ministre de la Sécurité

Le système sécuritaire du Burkina Faso a été mis à rude épreuve ces dernières années avec la montée du terrorisme, de l’extrémisme violent, de l’incivisme… Malgré l’existence d’outils institutionnels et juridiques destinés à lutter contre l’insécurité, il ressort que l’Etat burkinabè a du mal à assurer la sécurité de ses citoyens.

Les participants au Forum

Face à cette situation, l’Etat a jugé impérieux d’engager une réflexion afin d’entamer un processus de réforme du secteur de la sécurité. C’est dans cette optique que se tient le Forum national sur la sécurité qui va réunir pendant trois jours, plus de 600 participants sous le thème: «Garantir la paix et la sécurité pour un développement durable du Burkina Faso: la nécessité d’une réforme du secteur de la sécurité».

Ce forum, il faut le rappeler est issu du pré-forum national sur la sécurité qui a eu lieu les 9 et 10 octobre et les foras régionaux qui se sont tenus dans les treize régions du Burkina les 17 et 19 octobre 2017.

Pour le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, la réforme du secteur de la sécurité permettra d’une part d’instaurer un système de sécurité efficace et responsable pour l’Etat et les citoyens. D’autre part, de consolider le caractère républicain et professionnel des Forces de défense et de sécurité. Estimant qu’il faut adapter les méthodes de travail à ce nouveau contexte sécuritaire local, national, régional et mondial, le président Kaboré a rassuré de l’engagement de l’Etat burkinabè au sein du G5 Sahel.

Témoignant sa reconnaissance aux PTF qui ont bien voulu soutenir le processus, il a nourri le secret espoir de voir des réflexions et contributions pertinentes sortir de ces trois jours de travaux.

«Nous n’avons pas de place dans ce débat national, sauf pour vous écouter», a laissé entendre le Chef de file des PTF, sécurité et ambassadeur de la France au Burkina, Xavier Lapierre Cabanes. Pour lui, il ne leur appartient pas d’intervenir dans la définition de la réponse que le gouvernement burkinabè veut apporter aux menaces. «Nous allons vous appuyer. Mais nous ne le ferons que si nous sommes sollicités d’abord parce que tout appui d’un partenaire qui ne correspondrait pas à un besoin avéré du Burkina risquerait d’être inefficace», a-t-il fait remarquer.

En sa qualité de président du comité d’organisation, le ministre de la Sécurité, Simon Compaoré, a noté que le forum sera ponctué par trois axes thématiques. L’identification des défis, menaces et besoins de sécurité, l’état des lieux de la mise en œuvre des politiques de sécurité, et les perspectives et recommandations.

Madina Belemviré

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *