Accueil » Nè Wendé » François Pooda a bu du dolo couché!

François Pooda a bu du dolo couché!

«Ce n’est pas une tradition, encore moins une coutume pour nous, cadres et forces vives de la Province du Poni, de se pourfendre dans les médias et autres réseaux sociaux, pour manifester bruyamment notre solidarité à un des nôtres, victime d’acharnement qui ne dit pas son nom.» Nè Wendé!

C’est ce que François Pooda a écrit au nom de la Coalition des cadres et forces vives du Poni, suite à l’emprisonnement de Nathalie Somé, la présidente du Conseil supérieur de la communication. Nè Wendé!

Nathalie, la présidente du CSC, aurait lu cette missive au vitriol qu’elle ne l’aurait pas laissé passer en l’état. Car, sans le savoir, François Pooda (ou alors la Coalition des cadres et des forces vives de la province du Poni) peut la rejoindre en prison pour y avoir diffamé et injurié des personnalités et des institutions. Nè Wendé!

C’est ce qui fait croire que l’initiative a été suggérée quelque part mais pas à l’initiative des Cadres et des forces vives. J’en connais des cadres qui auraient vu ces grossièretés qu’ils les auraient expurgées du texte. Nè Wendé!

Dans son argumentaire, le sieur Pooda a fait un amalgame entre une affaire administrative, jugée au Tribunal administratif de Ouagadougou, et cette affaire de malversations présumées de Nathalie et compagnie. Nè Wendé!

Ce que François Pooda et plus largement les cadres et forces vives du Poni doivent savoir, c’est que Nathalie n’est pas à la présidence du CSC au titre de la province du Poni. C’est parce qu’elle est un agent public de l’Etat, membre d’une association professionnelle, désignée par cette corporation pour faire partie du collège des conseillers pour un mandat bien déterminé qu’elle a pu briguer et emporter la présidence du CSC. Nè Wendé!

Donc, les fils et filles du Poni, voire la région du Sud-ouest, n’ont rien à voir dans la redevabilité de Nathalie Somé. Par contre, elle, elle sait bien qu’en tant que gestionnaire de deniers publics, des comptes peuvent lui être demandés à tout moment. Et c’est ce qui a été fait. Nè Wendé!

Les cadres de tout bord, chefs coutumiers et religieux, OSC, associations des femmes, vieux et jeunes du Poni rendraient un fier service à Mme Ini Nathalie Edwige SOME née HIEN leur fille, épouse, mère, sœur, tante, amie, Présidente, en usant de leur entregent pour faire accélérer la tenue d’un procès équitable. Ils devraient aussi lui attacher les services des avocats les plus célèbres que compte la planète. Nè Wendé!

Sinon, être présidente d’institution, Commandeur de l’ordre national ne donne pas droit à une immunité quelconque. Nathalie Somé est présumée coupable de «détournement de deniers publics, faux et usage de faux, corruption, surfacturation, blanchiment de capitaux et népotisme» mais cela ne fait pas d’elle une coupable. Nè Wendé!

Donc, il faut réfléchir par deux fois, tourner son stylo neuf fois dans la main avant de sortir ce que le sieur Pooda a pondu. Ce que moi Nè Wendé je leur conseille, c’est de ne pas remettre cette lettre au président du Faso, s’ils ne l’ont pas encore fait. Je me dis que François Pooda a bu un dolo couché à son réveil et a été mal inspiré. Cette sortie mal à propos peut plomber la chance de certains fils et filles du Poni dans les nominations par le président du Faso. En effet, s’il doit nommer un cadre qui va commettre des indélicatesses et à qui on ne peut pas demander des comptes sans que ses parents mettent l’union nationale et la cohésion sociale en péril, il va réfléchir par deux fois avant de décider. Nè Wendé!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *