Accueil » Logtoré » Frigidité: quelles prises en charge quand le plaisir sexuel est inhibé?

Frigidité: quelles prises en charge quand le plaisir sexuel est inhibé?

Confondue très souvent avec l’absence ou l’insatisfaction de plaisir sexuel, la frigidité est une situation dans laquelle la femme frigide est indifférente voire hostile aux demandes de son conjoint. De plus en plus fréquent, la frigidité constitue un véritable problème dans la vie des couples. Qu’est-ce qui peut expliquer ce dysfonctionnement sexuel chez la femme? Pour comprendre cette situation, nous avons approché le Professeur Charlemagne Ouédraogo, médecin, gynécologue obstétricien, chef de service de gynécologie et d’obstétrique de l’hôpital de de district de Bogodogo ainsi que le conseiller conjugal et psychologue, Jean Bosco Kaboré.

Le Pr Charlemagne Ouédraogo

La frigidité est un dysfonctionnement sexuel caractérisé par un manque ou une absence de désir sexuel chez la femme. Selon le Professeur Charlemagne Ouédraogo, médecin, gynécologue obstétricien, chef de service de gynécologie et d’obstétrique de l’hôpital de district de Bogodogo, à la différence de l’anorgasmie qui est une situation dans laquelle la femme peut connaître l’excitation durant l’acte sexuel sans jamais parvenir à atteindre l’orgasme, tout est inhibé chez les femmes frigides, tout est bloqué. Selon les statistiques du conseiller conjugal et psychologue Jean Bosco Kaboré, 20% des femmes frigides subissent des relations sexuelles sans être vraiment portées par la chose.

Le conseiller conjugal Jean-Bosco Kaboré

Plusieurs facteurs sont à la base de ce dysfonctionnement sexuel selon le Professeur Ouédraogo. Des facteurs médicaux, tels que les maladies hormonales, l’alcoolisme, la toxicomanie et d’autres facteurs d’ordre social tels que le stress social et professionnel.

Aussi, la haine de son corps, le dégoût de la sexualité suite à des abus sexuels, la grossièreté ou la violence de son conjoint, le manque de dialogue au sein du couple, la ménopause, les suites d’IVG et d’accouchement peuvent aussi expliquer ce dysfonctionnement sexuel selon le psychologue Jean Bosco Kaboré.

Comment se fait la prise en charge de la frigidité?

Sur cette question, le Professeur Charlemagne Ouédraogo a noté qu’il n’existe pas de traitement médical permettant d’aider les femmes qui en souffrent. La prise en charge, renseigne-t-il, se fait avec la contribution des psychiatres et des psychologues. «A défaut d’avoir un sexologue, ce sont les psychologues et les gynécologues qui s’en occupent ensemble», a-t-il confié. Selon l’origine du manque du désir, renchérit Jean Bosco Kaboré, «on mettra en place un traitement médical ou psychologique».

Madina Belemviré

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *