Accueil » Mounafica » George Weah à Ouaga, Simon va quitter la Sécurité

George Weah à Ouaga, Simon va quitter la Sécurité

Mounafica a été débordé par  les nombreux mariages du week-end, comme beaucoup d’autres personnes certainement. Mais comme le social ne chasse pas la recherhe de l’info, il a pu capter un échange entre deux deputés, tous du Parlement de la Cedeao. Ceux-ci ont parlé de la venue de George Weah ce lundi à Ouaga.

George Weah, sénateur au Libéria vient au Burkina pour une rencontre autour de la question du genre, la défense des droits des enfants
George Weah, sénateur au Libéria vient au Burkina pour une rencontre autour de la question du genre, la défense des droits des enfants…

Comme Mounafica est aussi sport, il a bien dirigé ses antennes, pensant que l’Assemblée nationale avait l’intention d’organiser un match de gala de foot. Il n’en est rien. Weah est sénateur de son pays, le Libéria, qui est membre du Parlement de la Cedeao. Weah vient donc pour une rencontre autour de la question du genre, la défense des droits des enfants, etc.

Simon Compaoré. Avec la nouvelle loi, son ministre pourrait être scindé en deux
Simon Compaoré. Avec la nouvelle loi, son gros ministère pourrait être scindé en deux ou trois départements

Dans les jours à venir, ceux qui ont longtemps souhaité que le super ministère de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et de la Sécurité intérieure soit scindé en deux ou trois départements pourraient être satisfaits. La nouvelle mouture de la loi sur le personnel des Armées vient  pour enlever une grosse épine des pieds du président du Faso, qui  est aussi le ministre de la Défense. Un des gourous du MPP a laissé entendre que les gens ne lisent pas les textes, quand ils reclamaient un homme de tenue au ministere de la Sécurité. Cela n’était pas possible car la loi du CNT interdisait aux militaires et autres corps habillés d’occuper de hautes fonctions. Maintenant que la nouvelle mouture l’autorise, le président du Faso va se délester de la charge de la Défense et en même temps il va soulager le ministre d’Etat Simon Compaoré. Les débats achoppent seulement sur la bonne formule: faut-il un ministère plein ou un secretariat d’Etat à la securité.

Mounafica, tout oeil tout ouïe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *