Accueil » Nè Wendé » Gilbert Diendéré a-t-il consulté certains témoins qu’il cite avant de perpétrer son coup?

Gilbert Diendéré a-t-il consulté certains témoins qu’il cite avant de perpétrer son coup?

Nè Wend que je ne comprends plus mon frère burkinabè. Il devient, de jour en jour, un loup pour son prochain. Dans le procès du putsch manqué, à l’ouverture de l’audience, on a entendu des gens applaudir lorsqu’on a cité le nom du Général Diendéré. Nè Wendé!

Applaudir pour dire quoi? Que c’est bien d’avoir fomenté un coup d’Etat? Applaudir parce que des Burkinabè sont morts par sa faute? Ces gens qui ont applaudi peuvent-ils regarder en face un parent de victime? C’est vraiment inhumain ce genre de comportements. Nè Wendé!

Et puis, on voit que tout est mis en œuvre sur le plan judiciaire et extrajudiciaire pour que le procès du Général Diendéré et de ses 83 autres co-inculpés ne se tienne pas. Des signes? Les exceptions soulevées par la défense qui retardent encore la tenue du procès ou l’abandon des charges et la liste des témoins du prévenu. Il veut embarquer toutes les autorités militaires et traditionnelles dans son coup. Les a-t-il consultées avant de perpétrer son coup bête? Nè Wendé!

Le Général Diendéré lui-même, avec ses 32 dents, comme on dit ici pour authentifier des propos, a regretté sa tentative de prise de pouvoir. Pour ainsi dire, il a avoué ce que lui reproche la justice. La bataille judiciaire ne se pose même plus en termes de culpabilité ou pas, il s’agit de faire prendre le minimum au Général. Plus vite le procès va se tenir, plus tôt il va être situé sur sa peine. Nè Wendé!

Lui, au moins, il a la chance de passer devant un tribunal. En cela, il doit féliciter l’avancée démocratique. Sinon, il aurait aussi été passé par les armes comme le Commandant Boukari Jean Baptiste Lingani et le Capitaine Henri Zongo qui ont été froidement abattus après un simulacre de procès dont personne n’a été témoin. C’est lui, le Capitaine Diendéré à l’époque, qui les a dénoncés d’avoir voulu perpétrer un coup d’Etat contre le pouvoir de Blaise Compaoré. Nè Wendé!

Si nos mémoires ne sont pas courtes, des populations du Passoré dont il est originaire avaient manifesté pour exiger son jugement ou alors sa relaxe. Et voilà que lorsqu’on a estimé le dossier en état de jugement, il s’est trouvé des empêcheurs de juger en rond pour jeter des peaux de bananes sous les pieds du tribunal. Nè Wendé!

A ses côtés, l’autre Général, Djibrill Bassolé, a hâte de se retrouver libre pour aller se soigner. Au lieu que la défense se concentre sur le dossier au fond, c’est sur des fioritures qu’elle se fixe. C’est vrai que la justice militaire a aussi montré un amateurisme, mais un jour ou l’autre, ce procès se tiendra. Nè Wendé!

Les gens sont sortis chasser Blaise Compaoré du pouvoir parce qu’ils avaient marre de l’impunité et quand on veut rendre justice, il se trouve des fdc pour ramer à contre-courant. Prochainement,  il faut jeter ceux qui applaudissent dehors. Nè Wendé!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *