Accueil » Gouvernance - Développement » Grève des contrôleurs aériens en Ethiopie: les contrôleurs de l’ASECNA ne sont pas contents de leur DG

Grève des contrôleurs aériens en Ethiopie: les contrôleurs de l’ASECNA ne sont pas contents de leur DG

Les contrôleurs aériens éthiopiens sont allés en grève le lundi 27 août à l’aéroport international d’Addis-Abeba pour exiger de meilleures conditions de vie. En réponse à ce mouvement de grève, l’Autorité de l’aviation civile éthiopienne (ECAA) a licencié 120 contrôleurs. Afin de pallier le manque d’effectifs, les autorités éthiopiennes ont fait appel à l’ASECNA qui s’apprêtait à y envoyer des contrôleurs aériens. Mais la Fédération des syndicats de contrôleurs de l’espace ASECNA (FACAA) a adressé une correspondance leur directeur général pour marquer leur désaccord.

Une vue de l’intensité du trafic aérien géré à partir de la tour de contrôle d’Addis-Abeba

Un contrôleur aérien en Éthiopie gagne en moyenne 600 dollars, c’est-à-dire moins de 200 000 F CFA le mois. Pourtant, ce n’est pas le travail qui manque. L’Ethiopie abrite le 3eme plus grand aéroport d’Afrique à savoir l’aéroport d’Addis-Abeba. Il accueille en moyenne 9 millions de passagers par an. Il a une position stratégique. La tour de contrôle de l’aéroport d’Addis-Abeba aide les avions en directions de l’Europe, de l’Asie, de l’Afrique de l’Est, du Sud et de l’Ouest, à traverser son espace aérien. Le mouvement de grève a eu un impact sur le programme des vols de la compagnie nationale, Ethiopian Airlines, qui n’a pu opérer que 60% de ses vols habituels. 120 grévistes ont alors été licenciés. Parmi eux, 09 ont été arrêtés et emprisonnés. Cette grève est la 2eme du genre en moins d’un an. En avril dernier, ils avaient observé une grève pour exiger de meilleures conditions de travail. Cette fois-ci, ils exigent le rétablissement du paiement des heures supplémentaires et des congés en application d’une directive du ministère des Finances visant à réduire les dépenses dans les structures étatiques. L’Ethiopie n’a adhéré à aucun principe international de travail. Face aux risques de perturbations du trafic aérien, les autorités de l’aviation civile éthiopienne ont fait recours à des volontaires pour assurer le travail. Elles se sont tournées vers l’ASECNA pour demander un renfort en contrôleurs aériens. Pour la FACAA, l’ASECNA s’apprêtait à y envoyer des agents en renfort pour combler le vide laissé suite au licenciement des 120. Estimant que l’ASECNA est en sous-effectif, la fédération des syndicats a, dans un premier temps, demandé à tous ses contrôleurs de refuser l’offre de travail en Éthiopie. En plus, la FACAA a adressé une correspondance au directeur général de l’ASECNA pour condamner l’attitude de son administration dans la gestion de cette grève. Elle fustige le fait que l’ASECNA était sur le point d’envoyer des contrôleurs aériens en Ethiopie. Pire, la gestion de l’espace éthiopien serait faite à partir de N’Djamena. La FACAA justifie son action pour plusieurs raisons: les contrôleurs de l’ASECNA ne connaissent pas et n’ont pas reçu de formation pour cet espace aérien qui a ses spécificités. De plus, l’Ethiopie et le Tchad sont séparés par le Soudan.

Face au refus des contrôleurs de l’ASECNA de cautionner le licenciement des 120 contrôleurs éthiopiens, les autorités de ce pays ont été contraintes de reprendre tous les contrôleurs licenciés le 5 septembre 2018. Elles promettent de libérer les 09 qui avaient été arrêtés, d’ici le 08 septembre. L’espace aérien de l’Ethiopie est redevenu sûr. Mais on a évité de justesse des accidents d’avions en cette période de retour de pèlerins de la Mecque.

En rappel, la FACAA représente les intérêts collectifs de plus de 500 contrôleurs aériens dans 17 pays membres de l’ASECNA: Bénin, Burkina, Cameroun, Centrafrique, Congo, Côte d’Ivoire, Gabon, Guinée Bissau, Guinée Équatoriale, Madagascar, Mali, Mauritanie, Niger, Sénégal, Tchad , Togo, Union des Comores

Abouga Tagnan

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *