Accueil » Société » Hadj 2019: le coût a été revu à la baisse

Hadj 2019: le coût a été revu à la baisse

Le ministre d’Etat, ministre de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et de la Cohésion sociale a procédé, ce jeudi, au cours d’une conférence de presse tenue en présence du comité national de suivi du pèlerinage à la Mecque et des responsables des agences de voyage, au lancement officiel du Hadj 2019. A cet effet, Siméon Sawadogo a dévoilé que l’Arabie Saoudite a renouvelé le quota des 8 143 pèlerins accordés au Burkina comme l’année dernière. A propos du coût, il a noté que cette année, il a été fixé à deux millions cent trente-deux mille (2 132 000) FCFA soit une diminution de cent cinquante-trois mille (153 000) FCFA.

2 400 000 FCFA. C’était normalement  la somme que devait débourser chacun des 8 143 futurs pèlerins qui ont pris l’engagement d’aller accomplir le cinquième pilier de l’Islam à la Mecque. Mais ce coût a été revu à la baisse. Au lieu de 2 400 000 FCFA, c’est finalement  la somme de 2 132 000 FCFA, soit une diminution de 153 000 FCFA, que chaque fidèle doit payer pour aller sur la Terre Sainte. Cette baisse a été rendue possible, selon Siméon Sawadogo, grâce à la subvention accordée par l’Etat d’un montant d’un milliard cent millions (1 100 000 000) de FCFA et la négociation à la baisse du service de base à Mina.

Le ministre d’Etat, ministre de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et de la Cohésion sociale, Siméon Sawadogo

Aussi, cette année, c’est la compagnie saoudienne SKY Prime qui a été retenue pour transporter en vol charter le quota de 7 000 pèlerins burkinabè à partir de Ouagadougou et Bobo-Dioulasso. «Dans la convention qu’on a signée avec l’Arabie Saoudite, on était lié à 50% avec la compagnie burkinabè et 50% avec les autres compagnies. On a trouvé que cela était fatigant car on pouvait se retrouver avec deux ou trois compagnies. Dans la convention, nous avons travaillé à sauter cet aspect, permettant dans un premier temps que le Burkina puisse avoir l’agence de voyage à son choix et suivant ses règles», a expliqué le ministre d’Etat Sawadogo. Le reste du quota, précise-t-il, sera utilisé en vols réguliers pour ceux désirant effectuer un cours séjour tels certains fonctionnaires et hommes d’affaires.

Il faut noter que pour ce Hadj 2019, a souligné le ministre de l’Administration territoriale, «nous avons la contrainte de l’établissement du passeport biométrique avec ses réalités de délais de traitement et la présence physique du candidat».

Les journalistes présents à la conférence de presse

A ce propos, le président du comité de suivi du Hadj, Zoundi Moumouni Ilboudo, a informé que le ministère de la Sécurité, en collaboration avec le ministère de l’Administration territoriale, a lancé une opération spéciale de délivrance de ces passeports à Ouahigouya, à Fada et à Bobo du 11 au 21 avril. Ce en vue de permettre d’établir en masse les passeports biométriques.

A cette contrainte de l’établissement du passeport biométrique s’ajoute aussi celle de la limite du délai d’inscription qui est fixé au 5 mai 2019. A cet effet, Siméon Sawadogo a invité les futurs pèlerins à prendre toutes les dispositions pour s’inscrire dans les agences de voyage qui, il faut le rappeler, sont celles sélectionnées depuis l’an passé pour deux ans, exception faite de celles qui sont sanctionnées pour non-respect des charges.

Madina Belemviré

 

 

 

Un commentaire

  1. Pourquoi ne pas recolter toute cette somme pour aider les pauvres du pays?vraiment ca ne sert à rien.

Répondre à Wende ya wende Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *