LES HÉCHOS: COLONEL-MAJOR FRANÇOIS OUÉDRAOGO - Les échos du Faso
Accueil » Les Echosbels » LES HÉCHOS: COLONEL-MAJOR FRANÇOIS OUÉDRAOGO

LES HÉCHOS: COLONEL-MAJOR FRANÇOIS OUÉDRAOGO

Le colonel-major François Ouédraogo, Directeur général de l’ANR

Colonel-major de Gendarmerie François Ouédraogo: Directeur général de l’Agence nationale de renseignement (ANR). En collaboration avec d’autres services de la même vocation, ils ont permis de démanteler et de neutraliser des réseaux terroristes dans la ville de Ouagadougou et probablement ailleurs dans le pays. Bravo à tous ceux qui ont concouru à cette action éclatante de succès.

L’opération menée à l’aube de ce 22 mai par l’Unité spéciale d’intervention de la Gendarmerie nationale (USIGN) a été précédée par un travail minutieux. Depuis les attentats du 2 mars, les fins limiers du renseignement n’ont rien lâché des informations qu’ils ont pu récolter pour aboutir à cette première grande victoire sur le terrorisme. Le groupe neutralisé avait un lien avec les attentats du 2 mars. Avant lui, un autre avait été démantelé dans le même secteur. En silence.

C’est la preuve que dans des conditions normales, nos Forces de défense et de sécurité (FDS) sont capables de traquer l’ennemi où il se trouve pour le déloger ou le neutraliser s’il le faut. Voilà qui va rabattre le caquet à tous ces bavards sur les ondes et les réseaux sociaux, ces pseudos experts en défense et sécurité qui accablent chaque jour les FDS et le pouvoir de leur prétendue incapacité à défendre le pays. Comme si l’ennemi était visible et que ce sont nos soldats qui étaient incapables de les battre au combat.

Plus la menace s’intensifie, plus nos FDS montent en puissance. C’est un signe encourageant. Auparavant, les koglwéogo d’une contrée de la région du Centre-Nord avaient pu capturer un énergumène qui semait la terreur dans la zone avec ses camarades. Aujourd’hui, les FDS n’ont pas attendu une attaque pour riposter. Les éléments de l’USIGN sont allés les traquer lorsqu’ils ont eu la certitude qu’ils étaient des terroristes.

La balle se trouve à présent dans le camp des populations qui hébergent, vivent, mangent, boivent et draguent les mêmes filles que ces fils de p… Ces mécréants vivaient au milieu de paisibles citoyens. Chaque Burkinabè doit avoir une œil plus exercé sur les comportements des uns et des autres afin de déceler des attitudes suspectes. Et dans le moindre doute, en informer l’autorité compétente.

Mention spéciale posthume au bravissime MDL-C François de Salles Ouédraogo (un homo de l’autre) qui a perdu la vie pour sauver beaucoup d’autres. Nous nous devons de lui rendre un hommage à la hauteur de son sacrifice suprême. Un soldat burkinabè qui exerce à l’international a suggéré que les populations sortent massivement le jour de l’inhumation du valeureux combattant pour applaudir au passage du cortège mortuaire. Ce serait ainsi lui rendre un hommage populaire et mérité. Plus tard, nous devons un jour sortir massivement, jeunes, femmes, vieux, activistes de la société civile et personnes de tous les bords politiques pour dire bravo et courage à nos Forces de défense et de sécurité dans leur ensemble, afin de remonter leur moral. C’est une idée.

Hidogo

Un commentaire

  1. Je vous dis BRAVO; par la même occasion vous exhorter à la vigilance. Cette toute petite victoire ne devrait pas vous déconcentrer. Ne vous perdez pas dans des  »phanpharonades ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *