Accueil » Les Echosbels » LES HÉCHOS: PROFESSEUR AUGUSTIN LOADA

LES HÉCHOS: PROFESSEUR AUGUSTIN LOADA

Pr Augustin Loada

Professeur Augustin Loada: enseignant-chercheur et ancien ministre. Agrégé de droit public et de science politique et enseignant à l’Université Ouaga II, il a été ministre de la Fonction publique de novembre 2014 à décembre 2015 dans le gouvernement de la Transition, après la chute du régime de Blaise Compaoré. Mais avant, il a été l’un des acteurs influents de la société civile burkinabè, qui sont montés au créneau pour dénoncer les agissements anticonstitutionnels et antidémocratiques du régime déchu en 2014, notamment au sein du Centre pour la gouvernance démocratique (CGD). Il vient d’être honoré pour diriger une mission de l’ONU.

Ce constitutionnaliste rigoureux et conséquent vient d’être sollicité par l’Organisation des Nations unies (ONU) pour gérer des questions électorales et constitutionnelles en Nouvelle-Calédonie. L’information a été donnée par un confrère le mardi 13 mars 2018.

De façon plus précise, et selon l’arrêté en date du 27 février 2018, l’institution internationale a fait appel au Professeur Augustin Loada «dans le cadre de la révision de la liste électorale spéciale pour l’élection des membres du congrès et des assemblées de province, et de la liste électorale spéciale pour la consultation sur l’accession de la Nouvelle-Calédonie à la pleine souveraineté». Il lui a même été proposé la présidence de la mission des experts.

Actuellement collectivité française d’Outre-Mer, la Nouvelle-Calédonie (située à 16 750 km de Paris, non loin de la Nouvelle-Zélande et de l’Australie et composée de plusieurs îles) a un statut spécial conféré en 1998 par les accords de Nouméa (accord de décolonisation progressive à même de déboucher à une indépendance). A ce jour, elle a donc son gouvernement, un congrès, un sénat ainsi qu’un conseil économique et social.

Le référendum sur l’accès à la pleine souveraineté est donc l’aboutissement d’une dynamique de trente ans «et renvoie à des souvenirs douloureux». Ce rendez-vous de novembre 2018 est, de ce fait, un exercice craint par de nombreux observateurs qui y voient un risque de tensions entre indépendantistes et non-indépendantistes. La mission donc est de mettre en place une base de données transparente et fiable. L’on se souvient que le président Sankara avait fait le déplacement de Nouméa en 1984 pour soutenir le peuple kanak indépendantiste et son leader d’alors, Jean-Marie Tjibaou, assassiné en 1989.

Après Michel Kafando, président de la Transition, envoyé spécial des Nations unies au Burundi depuis mai 2017, c’est donc le tour du Professeur Loada d’être honoré et par le lui le Pays des Hommes intègres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *