Accueil » Société » Horoscope zodiacal: entre vérité scientifique et mensonge commercial

Horoscope zodiacal: entre vérité scientifique et mensonge commercial

L’homme a toujours été fasciné par la voûte céleste, le soleil, la lune, les étoiles. Après les avoir longuement observés, il donne aux astres et aux constellations les noms d’animaux ou d’objets familiers. Puis de noms de divinités ou d’êtres mystiques. Et comme son imagination n’a d’égale que son immense désir de mieux comprendre et de mieux connaître l’univers, il croit discerner au-delà des lois secrètes et silencieuses de la «mécanique céleste», un véritable langage des étoiles. Ainsi est née l’astrologie. Un art aussi vieux que le monde. Ridicule ou miraculeux, de nos jours, l’horoscope est entré dans les habitudes de beaucoup de personnes, notamment les femmes. Même les hommes politiques, les hommes d’affaires et bien d’autres personnalités consultent. Est-ce une nouvelle psychothérapie dans un monde désenchanté et en difficulté ou une science à laquelle il faut se fier ou encore et simplement un commerce de la bonne aventure? Sans doute que sur le sujet, les avis sont partagés.

Les astres ne sont pas des dieux. Ils n’ont aucun pouvoir sur notre liberté. Notre destin n’est pas écrit dans les étoiles.

L’astrologie, c’est l’art de prédire les événements de la vie d’après l’inspection des astres. L’astrologie classique repose sur le principe selon lequel, au moment où un être humain vient au monde, les astres occupent dans le ciel une certaine position par rapport à la terre. Cette «physionomie» du ciel au moment de sa naissance a un rapport avec sa personnalité. Pour en connaître les implications, il faut dresser son thème astral, ce que l’astrologie ne peut faire que s’il connaît le lieu, la date et, si possible, l’heure exacte de la naissance. Mais est-il vrai que les astres ont une influence sur la terre et ses habitants? Est-ce vrai que nous naissons tous sous une bonne ou mauvaise étoile qui détermine et conditionne toute notre vie? Le débat est ouvert car les points de vue divergent.

Pour sûr, de plus en plus, des gens consultent l’astrologie. Soit par curiosité soit par tentation. En effet, dans un monde sans repères, sans morale et sans convictions réelles, bien de personnes sont attirées par ce qui est mystérieux et qui relève de l’inconnu… Elles croient aux forces cosmiques, aux facultés extrasensorielles. D’autres personnes encore abandonnées à elles-mêmes, souvent au chômage, ont besoin de quelque chose à quoi s’accrocher. Elles veulent savoir enfin si elles vont être riches, heureuses, aimées. Elles cherchent donc dans le ciel astral la bonne étoile qui leur permettra peut-être d’espérer encore.

En récapitulatif, le monde où nous vivons est déshumanisé. De plus en plus dominés par la technique, l’imaginaire et la sensibilité, les hommes ont du mal à s’y exprimer.

L’engouement actuel pour l’astrologie est pour une large part une protestation contre le caractère sans âme de la vie quotidienne. Les structures familiales, la morale, la religion qui, autrefois, donnaient des points de repères à l’individu pour diriger sa vie, sont en crise, sinon en faillite. L’avenir inquiète. Il est incertain. Beaucoup de gens se sentent seuls et désorientés. Mais…

Faut-il croire en l’horoscope

Ce qui est certain, c’est qu’il n’y a pas de déterminisme astral. L’astrologue professionnel Ptolémée l’affirmait déjà lorsqu’il disait que «le pouvoir des flambeaux célestes est limité et que notre volonté ne reçoit pas de loi de leurs mouvements».

L’homme est un être libre. Son destin ne se fait pas sans lui. La carte du ciel d’un nouveau né le «situe» dans l’univers: elle révèle ses potentialités mais ne crée pas son destin. L’astrologie décrit seulement des possibilités, des virtualités, des tendances. Celles-ci accompagnent l’homme durant sa vie, sans jamais contraindre sa liberté. Comme le dit Saint Thomas d’Aquin, «les astres prédisposent, mais ne contraignent pas». Il renchérit en ajoutant que «le sage régit son étoile, l’ignorant est régi par elle».

L’héritage de chacun de nous, au moment de sa naissance, est comme un bagage mis à sa disposition pour le meilleur et pour le pire. Il appartient à chacun de nous de le faire fructifier, en fonction de ses dons. C’est là qu’intervient notre liberté. Les astres n’ont aucune influence sur nos choix. Indifférents à ce que nous devenons, ils continuent leur course dans le ciel.

En somme, croire que les étoiles et le cosmos ont une influence sur la terre, la nature, l’homme et son environnement, n’a rien d’extravagant. Surtout à notre époque où les cosmonautes étudient et mesurent cette influence d’une manière chaque jour plus précise. Cet effort pour mieux connaître et comprendre les lois de l’univers, n’a rien de condamnable.

Il en va autrement des pratiques de ceux qui, au moyen de procédés comme l’horoscope, prétendent lire l’avenir dans les étoiles. Cette astrologie dite «judiciaire» qui prétend porter des «jugements» sur le destin des individus et des peuples à partir de la position des astres, à un certain moment précis leur vie, pose en effet problème. Car elle laisse croire que cette «configuration astrale» à une influence déterminante et décisive sur le comportement, l’avenir, et même le salut des hommes.

Les astres ne sont pas des dieux. Malgré les multiples contraintes qui pèsent sur lui, l’homme est un être libre. Les astres n’ont aucun pouvoir sur notre liberté. Notre destin n’est pas écrit dans les étoiles. Par nos actes, nos choix, nos décisions et nos engagements de chaque jour, nous orientons notre avenir. L’horoscope ne vend que des rêves et de fausses illusions.

Théophile MONE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *