Accueil » Logtoré » Hygiène et assainissement: 10 millions de Burkinabè continuent de faire leurs besoins dans la nature

Hygiène et assainissement: 10 millions de Burkinabè continuent de faire leurs besoins dans la nature

La première dame du Faso, Sika Kaboré, a exprimé son souhait de voir 100 000 familles bénéficier de 100 000 latrines pour la campagne FasoToilettes 2017. C’était à l’occasion de la cérémonie de lancement de cette campagne le lundi 23 janvier 2017 à Ouagadougou.

Le présidium lors de la cérémonie de lancement
Le présidium lors de la cérémonie de lancement

Selon les données officielles, au Burkina Faso, environ 10 millions de personnes continuent de faire leurs besoins dans la nature. 70% des lits d’hôpitaux sont occupés par des malades victimes de manque d’assainissement. Aussi, 4,8 millions de femmes sont contraintes à s’isoler dans la nature pour faire leurs besoins naturels, risquant du même coup leur sécurité, leur dignité et leur santé.

La première dame du Faso espère que pour cette campagne, 10 000 familles bénéficient de 10 000 toilettes
La première dame du Faso espère que pour cette campagne, 100 000 familles bénéficieront de 100 000 toilettes

«Je suis profondément révoltée quand je pense aux femmes qui sont obligées d’attendre l’obscurité de la nuit pour pouvoir laisser libre cours à leurs besoins. Je suis davantage affligée pour les femmes enceintes qui n’ont pas accès à des toilettes qui leur permettraient d’être à l’aise», a déploré Sika Bella Kaboré  avant de poursuivre: «Je suis attristée par la situation des personnes du troisième âge qui, à l’instar des femmes enceintes ne peuvent plus s’accroupir pour se mettre à l’aise dans des toilettes. Je suis affligée par ces personnes souffrant d’un handicap pour qui, se soulager chaque jour est un calvaire». Face à cette situation alarmante,  qui interpelle plus d’un, l’ONG IRC Burkina, en collaboration avec le ministère de l’Eau et de l’Assainissement, l’ONG WaterAid et la Fondation Kimi, a pris l’initiative de la campagne de solidarité citoyenne pour l’accès aux toilettes baptisée FasoToilettes 2017.

Pour la marraine de cette campagne, Mme Kaboré, «je me suis investie dans cette campagne qui vise à offrir des toilettes à nos parents du village, non seulement en y marquant mon soutien total en tant que Marraine mais aussi, pour poursuivre mon engagement en faveur de l’assainissement exprimé en 2011, dans le Ganzourgou au profit des élèves». Ainsi, elle espère pour cette campagne 2017, que 100 000 familles burkinabè bénéficient de 100 000 latrines. Objectif réalisable selon elle, car il suffit que toute personne dans la vie active, que ce soit dans l’administration publique, dans le privé, dans les professions commerciales ou libérales, réalise des latrines au profit d’un parent proche ou éloigné.

Juste Hermann Nansi
Juste Hermann Nansi

En l’absence d’hygiène, Mme Kaboré pense que la vie de la majeure partie de nos parents vivant au village ou dans les quartiers périphériques des villes est désastreuse, entrainant de nombreuses maladies évitables et dont la prise en charge à l’échelle individuelle ou familiale revient beaucoup plus couteuse que la réalisation d’ouvrages d’assainissement qui auraient pu nous épargner les effets pervers de leur existence. Elle a donc lancé un appel  pressant à la mobilisation citoyenne pour qu’avant le 31 décembre 2017, chacun investisse en vue de réaliser des latrines descentes au profit des membres de sa famille, évoluant en milieu rural, péri-urbain ou au profit d’un voisin, d’un membre de la communauté.  L’accès des toilettes décentes est une question de santé publique car elle touche tout le monde. «Dans un environnement malsain, la maladie ne trie pas entre ceux qui en sont démunies», a-t-elle soutenu.

Pour le directeur d’IRC Burkina, Juste Hermann Nansi, c’est une campagne de mobilisation et d’information  qui s’adresse en particulier aux citoyens qui ont déjà des toilettes, qui vivent dans les villes, qui ont un minimum de moyens, pour qu’ils puissent soutenir leur famille et parents au village, à sortir de cette situation qui est indigne à la vie humaine. FasoToilettes est donc l’une de nos solutions pour réaliser l’ambition d’un cadre de vie sain pour tous.

En rappel, l’ONG IRC est un centre d’expertise et d’influence politique. ONG néerlandaise qui s’est installé au Burkina depuis 2012, mais y travaille depuis 20 ans en étroite collaboration avec les autorités nationales et la société civile pour développer et promouvoir l’accès à l’eau potable et l’assainissement.

Madina Belemviré

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *