Accueil » L’impertinent » Il faut arrêter ces dérives avant que ça provoque

Il faut arrêter ces dérives avant que ça provoque

Cet écrit n’est pas pour soulever la polémique sur les barrages de rues qu’on connaissait. D’ailleurs, en plus des fidèles musulmans qui occupent des avenues pour prier certains jours à certains endroits, des frères chrétiens s’y sont aussi mis. Donc, match nul. Personne ne devra plus se plaindre.

La route est barrée dans le sens Ouest vers l'Est.
La route est barrée dans le sens Ouest vers l’Est.

Mais ce que vous voyez là dépasse l’entendement, de notre avis. Même si, visiblement, l’autorité a donné son accord pour que cette rue soit barrée (regardez bien l’image), il y a une boîte de pandores qu’il faut éviter d’ouvrir.
Cela s’est passé le samedi dernier, quand une famille qui réside en bordure de l’ancienne Rue 14.54, celle qui va du Rond-point de la Femme sis à Boins-yaré aux 1200 lgts (non loin de la Sorbetière), ont simplement barré le passage pour installer les convives d’un mariage.
D’accord qu’il n’y a pas assez de places dans l’enceinte pour accueillir les invités. Mais comment nos parents faisaient-ils, lorsque le cas de figure se présentait à eux? Ils recouraient au voisinage. Des parents de beaucoup de ceux qui habitent aujourd’hui les 1200 logements ont ‘’squatté’’ les cours de leurs voisins pour organiser leurs mariages ou leurs baptêmes. C’est ça aussi les relations de bon voisinage, l’expression du vivre ensemble.
Maintenant, celui qui se sent à l’aise, au point de pouvoir se passer des autres, peut assurer, en trouvant un lieu approprié ailleurs, mais pas dans la rue. Il y a des espaces dédiés à ce genre de cérémonies. Il faut que l’autorité refuse de laisser installer des convives sur des rues bitumées et barrées parce qu’il viendra un moment où ce sera simplement ingérable et que les usagers voudront aller et venir sans dérangement. C’est leur droit.

La route, de face
                          La route, de face

Surtout que, ce jour, comme par hasard, plus à l’Est, à moins de 300 m, vers le bar La Palmerais, un autre mariage se tenait dans les mêmes conditions: route barrée et invités installés sur le goudron.
Oui, nous entendons déjà la réplique! Pour les morts, cela est tolérable, puisqu’on ne peut pas délocaliser une cour mortuaire. Même si, là aussi, de nos jours, beaucoup n’ont plus de respect pour eux. En empruntant pour la dernière fois nos routes pour rejoindre leur dernière demeure au cimetière, leurs cortèges sont obligés de jouer des ailes de corbillard pour se frayer un passage. Pas plus tard qu’il y a quelques années, tout le monde s’écartait et marquait l’arrêt pour les laisser passer. Hélas!
L’Impertinent

6 commentaires

  1. Exact! Allez-y voir ce qui se passe du côté ouest du plateau omnisport de Somgandé (Ouagadougou). Un Cheick a installé une grande bâche qui prend toute la voie (et c’est devenu une habitude à chaque fois qu’il arrive du Mali où il est basé). Il fait des consultations dans sa cour et aucun automobiliste (à part les deux roues) ne peut emprunter la voie. Cela peut durer des semaines voir même un ou deux mois avant qu’il ne reparte.

  2. Merci pour l’observation. Seulement allons plus loin. Sur pratiquement toutes nos routes tous les proprio de boutique se sont transformés en étalagistes dès que le soleil se lève et bonjour « obstruction » des voies. Je ne parlerai pas des débits de boisson qui jonchent nos rues. A bientôt
    l’impertinent.

  3. Hé ! Au moins ça, c’est une fois en passant.
    La nuit, nos goudrons sont devenus des parkings pour les clients des maquis qui sont en bordure.

  4. ne dramatisons pas ! on t’a pas dit que les voisins n’étaient pas impliqués dans l’organisation du mariage!

  5. Mais justement c’est plus que dramatique il faut avoir vu ou vécu la situation en pleine circulation pour comprendre les propos de l’impertinent ! En tout état de cause si rien n’est fait pour corriger cette dérive ne dites pas qu’on avait pas attiré l’attention de l’autorité. D’ailleurs tout le monde voit mais personne ne veux rien dire pour s’attirer des ennuis. Surtout que l’autorité de l »État en a pris un coup depuis un certain temps!!!.

  6. Ce fût la même chose dimanche matin . Pour accéder à l’église de Kolognaba difficile : embouteillage monstre? Après 20 minutes de blocage on s’ extirpe pour passer par l’entrée nord! Des gens ont barré la rue côté est de l’église la nuit pour faire du « hip hop »! Matin ils ont laissé tout en l’état pour aller se reposer. Sûr qu’ils ont empêché des gens de bien se reposer. Et le matin ils nous empêche de tourner en rond à 9 heures s’ il vous plait bonnes gens!?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *