Accueil » Nè Wendé » Il faut une révolution (des mentalités) sur l’insurrection!

Il faut une révolution (des mentalités) sur l’insurrection!

Je ne reconnais pas mon pays! Je ne reconnais pas le Burkinabè, l’Homme dit intègre. Jadis Homme travailleur, probe, le Voltaïque pouvait donner sa natte à l’étranger pour dormir à même le sol; il préférait la mort à la honte. Que reste-t-il des descendants de ce voltaïcopithèque? Même rien. Nè Wendé!

Regardez comment les fonctionnaires sont devenus cupides et voraces comme des chenilles légionaires! Egoïstes, souvent voleurs ou détourneurs, ils ne veulent rien laisser pour les autres. On s’en fout du bien-être du prochain, pourvu qu’on se goinfre tous les jours! Nè Wendé!

Personne ne voit arriver les terroristes coagulés qui nous endeuillent au quotidien! Personne ne prend la pleine mesure du problème, personne ne voit que c’est parce que le pays existe qu’on parle de salaires et de statuts valorisants. C’est pourtant parce qu’il y a une relative paix à Ouagadougou que les fonctionnaires regardent plutôt leurs nombrils. Nè Wendé!

Les postiers ont eu raison de revenir à la raison pour reprendre le travail. Bravo à eux. Il n’y a pas de honte à retourner sur ses pas, lorsqu’on se rend compte qu’on fait fausse route. L’intérêt de la boîte prime sur leurs revendications. Ils ne sont pas timbrés comme certains fonctionnaires. Nè Wendé!

Le problème est que lorsqu’on pense avoir trouvé une solution, des ‘’coupeurs de route’’ sortent de la brousse pour terroriser les gens. Tout le monde est devenu spécialiste en tout et surtout spécialiste des questions de reclassement, de reversement, d’avancement et tutti quanti. Quand est-ce que cette réclamite hyper aigüe va-t-elle prendre fin? Moi, je vais coucher une révolution sur l’insurrection! Nè Wendé!

Avec la forêt de Kua, tout le monde a bondi sur le sujet, reléguant au second plan l’insécurité aujourd’hui. Le problème, c’est que le gouvernement, lui-même, ne maîtrise pas le sujet et c’est ce qui me bile mal même. A-t-on mis la charrue devant les bœufs? Visiblement, oui. Puisqu’après ses tergiversations et cacophonies, après les litres d’encre et de salives versées à défendre l’indéfendable, le gouvernement vient enfin de décider d’une étude d’impact environnemental du projet de construction de l’hosto. Nè Wendé!

Quelle honte de ne pas avoir de vision! C’est là où tout devrait commencer, pour un projet sérieux. Il faut tout simplement abandonner la forêt et trouver un autre site pour l’hôpital. Tout ce ramdam n’augure pas d’un avenir serein pour l’hôpital, s’il devait être bâti en ces lieux. Je ne suis pas un oiseau de mauvais augure dans la forêt de Kua. Nè Wendé!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *