Accueil » Société » Inégalités: avec «Gagner avec les femmes au Burkina Faso», les femmes ont décidé de ne plus se laisser faire

Inégalités: avec «Gagner avec les femmes au Burkina Faso», les femmes ont décidé de ne plus se laisser faire

Refusant d’être complices d’un système qui les met sur le bas-côté, des femmes issues des structures spécifiques de partis politiques, sans distinction d’idéologie de bord politique, des organisations de la société civile et des associations féminines, syndicats sans distinction de statut social, ont procédé au lancement d’une plateforme «Gagner avec les femmes au Burkina Faso». C’était vendredi lors d’une conférence de presse à Ouagadougou.

Le présidium lors de la conférence de presse

La situation de la femme burkinabè est particulièrement préoccupante. Que ce soit dans le domaine de l’agriculture, de la santé, de l’éducation…, la situation de la femme burkinabè n’est pas du tout reluisante. Même dans les sphères de décision, les femmes ne sont pas suffisamment représentées. La preuve, au Burkina Faso, a constaté la coordonnatrice nationale de la plateforme, Germaine Pitroipa, que ce soit au niveau des partis politiques ou syndicale, il est rare de voir une femme occuper le poste de secrétaire général. «La femme est toujours trésorière ou responsable de la mobilisation féminine», a-t-elle relevé. Dès qu’une femme veut prétendre à un poste de responsabilité, poursuit une des conférencières, «elle est toujours combattue par les hommes jusque dans son foyer».

Prenant conscience qu’elles ne peuvent compter que sur elles-mêmes pour débarrasser la société burkinabè des facteurs qui freinent l’épanouissement de la femme, les femmes ont décidé de ne plus se laisser faire. «Nous n’allons plus nous taire, nous ne serons plus complices d’un système qui met sur le bas-côté, la majorité de la population burkinabè», a prévenu Germaine Pitroipa.

C’est dans cette optique que des femmes issues des structures spécifiques de partis politiques sans distinction d’idéologie ni de bord politique, des organisations de la société civile et des associations féminines, syndicat sans distinction de statut social, ont décidé de créer une plateforme «Gagner avec la femme au Burkina Faso».

A travers cette plateforme dont l’objectif est de contribuer à améliorer le taux de représentation et de représentativité des femmes dans les instances décisionnelles, socioprofessionnelles, économiques et politiques de notre pays, les femmes ambitionnent de promouvoir une société plus juste et équitable où elles et les hommes participent au même titre au développement économique, social et politique du Burkina Faso.

Pour atteindre cet objectif, elles comptent organiser des actions de plaidoyer et lobbying auprès des décideurs de groupes socioprofessionnels, économiques, syndicaux, diplomatiques et politiques. Aussi, renforcer les capacités organisationnelles et intentionnelles de la plateforme et suivre et évaluer la mise en œuvre des actions de la plateforme.

Pour la réussite de ce combat, Mme Pitroipa a invité toute les femmes du Burkina à rejoindre la plateforme et à ne plus se résigner à vivre seules leur situation. «Il ne faut pas avoir peur de se faire casser la gueule, il faut oser élever la voix pour dénoncer l’injustice qui frappe les femmes», a-t-elle indiqué.

Madina Belemviré

Un commentaire

  1. Noble combat, mais pas d’agressivité svp. Sinon le taux de divorce ne ferait que augmenter au Faso. La société moderne n’est pas une panacée et nous devons évoluer en gardant également certaines valeurs de base. Dieu par le biais de la nature a tellement bien fait les choses qu’en voulant tout changer radicalement on va vers un gouffre. Je milite fortement pour une évolution au mérite et mon expérience personnelle a montré la capacité de la femme quand elle a les atouts nécessaires. Et également le contraire quand elle est positionnée du fait majoritairement de sa condition féminine. Et les meilleurs sont celles qui en position de leadership n’ont jamais oublié leur condition sacrée de femme et de pilier de la famille. Mais aujourd’hui, on remarque que les femmes refusent tout simplement d’être ce pilier et veulent s’émanciper totalement sans tenir compte des conséquences. Elles veulent être comme des hommes et cela entraîne toutes sortes de dérives et une cassure sociale.
    Les gens doivent comprendre que l’occident n’est pas un modèle social, loin de là. Evoluer c’est très bien, mais bien évoluer est encore mieux…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *