Accueil » Lu, vu, entendu » Pour informer 24 personnes, il n’est pas nécessaire de dépêcher une mission*

Pour informer 24 personnes, il n’est pas nécessaire de dépêcher une mission*

Ceci est le commentaire d’un lecteur suite à la publication du compte-rendu de la rencontre qu’une mission de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) a tenue avec les ressortissants burkinabè à Genève le 2 décembre dernier.

Une vue de l’assistance (image d’illustration)

Voilà une rencontre de la CENI en Suisse : 24 personnes présentes. Est-ce vraiment nécessaire que pour informer 24 personnes, il faille faire une mission de la CENI ? Aujourd’hui, avec les TIC, cela n’est plus nécessaire. Les possibilités qui s’offrent sont nombreuses :

 

1) Faire un dossier communicatif sur comment voter, avec un FAQ (foire aux questions) que les uns et les autres pourraient se poser

2) Mettre au niveau de chaque Ambassade, un responsable du dossier

3) Mettre en place au sein de chaque ambassade, une ligne de téléphone, une adresse mail, destinés à renseigner sur les élections

4) Dans chaque pays, chaque ressortissant CSBE est l’ambassadeur pour porter l’information aux autres. Ils pourraient créer un groupe WhatsApp avec les ressortissants, pour les informer, faire des rencontres d’informations, et recueillir tous les besoins d’informations à transmettre par mail à la CENI pour réponse appropriée

5) Ces réponses seront transmises puis diffuser aux ressortissants

Dans tous les cas, le monde change. Les missions physiques deviennent de moins en moins utiles. Elles sont coûteuses, et présentent des risques énormes de santé et de sécurité pour les missionnaires. Vraiment, on peut considérer que cette décision n’a pas été la bonne pour la CENI.

A ne plus jamais refaire !!!

Commentaire de nekrenoma

 * : le titre est de la rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *