Accueil » Gouvernance - Développement » Infrastructures routières: l’avenue de l’insurrection populaire à Bobo-Dioulasso devra connaître un nouveau visage dans huit mois

Infrastructures routières: l’avenue de l’insurrection populaire à Bobo-Dioulasso devra connaître un nouveau visage dans huit mois

Les travaux de bitumage de l’avenue de l’insurrection populaire à Bobo-Dioulasso ont été officiellement lancés dans la matinée du jeudi 6 février 2020 dans la ville de Sya, à Bobo Dioulasso. Le bitumage de cette avenue qui, en plus sera dotée d’un éclairage public devra coûter plus d’un milliards 700 millions de francs CFA à l’Etat burkinabè. Elle va permettre d’améliorer le cadre de vie des populations ainsi que la fluidité et la mobilité urbaine dans la ville de Bobo-Dioulasso. La cérémonie de lancement des travaux a été présidée par Dieudonné Maurice Bonané le ministre en charge de l’urbanisme représentant le Premier ministre.

Une vue des officiels lors du lancement

Les usagers et les riverains du quartier Sarfalao de la ville de Bobo-Dioulasso, n’attendaient que ça. Le bitumage de l’avenue de l’insurrection. Longtemps attendu, aujourd’hui c’est bien une réalité avec le lancement le jeudi 6 février des travaux d’aménagement et de bitumage de cette avenue. Un lancement accueilli avec beaucoup d’enthousiasme tant cette voie causait d’énormes ennuies aux riverains et autres usagers de la route. C’est donc dire que le démarrage des travaux se présente comme un début de soulagement pour ces populations.

l’état actuel de la voie lancée

Longue d’environ 1,6 kilomètre cette voie part du monument du cinquantenaire au quartier Sarfalao. Il s’agit d’une route bitumée en béton bituminé sur deux fois deux voies avec un terre-plein central, un éclairage public et des caniveaux de part et d’autres tout le long de la route. Toute chose qui fait dire au ministre en charge des infrastructures que cette avenue deviendra l’une des plus belles avenues de Bobo-Dioulasso. « Nous avons prévue d’ajouter à cette route une bretelle pour rejoindre la route nationale numéro un et également nous avons prévue de bitumer la bretelle qui va sur la tombe de Guimbi Ouattara », a ajouté Éric Bougouma, le ministre en charge des infrastructures.

A en croire le maire de Bobo-Dioulasso, Boureima Sanou, en plus de la déserte du secteur 17, cette avenue permettra aux populations de mener des activités génératrices de revenue. Elle contribuera aussi à l’embellissement du monument des martyrs. « Avec la voirie qui sera réalisée, elle va contribuer à l’évacuation des eaux pluviales qui constitue une angoisse permanente pour le conseil municipal et les populations en saison de pluie », a-t-il indiqué.

Un engagement du gouvernement

Le ministre des Infrastructures, Eric Bougouma

Le bitumage de  cette avenue est un engagement pris par l’exécutif qui entend moderniser progressivement le réseau routier dans les principales villes du Burkina Faso. Une promesse saluée par le maire Boureima Sanou. « On a fait un appel, le gouvernement a promis et à moins de deux, trois ans, voilà que nous sommes en train de lancer les travaux. C’est vraiment dire merci au gouvernement pour cet engagement pris et sa concrétisation », se rejouit le maire.

Pour le président de la cérémonie représentant le Premier ministre, ce projet rentre dans le cadre des engagements forts du président du Faso lors de la campagne de 2015. « Il a pris l’engagement de faire de grandes villes les villes du Burkina, des pôles de développement économiques et sociales, des pôles de croissance, et il s’y attèle », a lancé Dieudonné Maurice Bonané.

De l’exécution des travaux

D’un montant total de plus d’un milliard 700 millions de francs CFA dont 95% issus d’un prêt de la banque ouest africaine de développement (BOAD) et 5% du fond spécial routier du Burkina Faso, la fin des travaux est prévue pour durer 8 mois. C’est le groupement d’entreprise l’entreprise GJZ qui est chargé de l’exécution des travaux. Le ministre Éric Bougouma l’a invité à travailler d’arrache-pied afin que cette route soit livrée dans le délai et surtout dans le respect de l’art. Quant aux riverains, eux aussi espèrent que ce délai sera respecté afin que leur calvaire soit dans les oubliettes.

A.T

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *