Accueil » Défense-Sécurité » Insécurité et terrorisme: Simon Compaoré échange avec les responsables des sociétés de téléphonie mobile

Insécurité et terrorisme: Simon Compaoré échange avec les responsables des sociétés de téléphonie mobile

Le ministre de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et de la Sécurité intérieure, Simon Compaoré, a rencontré les responsables des sociétés de téléphonie mobile, ce mardi 16 février 2016, à Ouagadougou. L’objectif était de les sensibiliser sur les questions de l’actualité sécuritaire au Burkina Faso.

Le ministre de la Sécurité intérieure ''Les opérateurs de téléphonie mobile doivent redoubler d'efforts pour que l'identification puisse être réelle et efficace''
Le ministre de la Sécurité intérieure  »Les opérateurs de téléphonie mobile doivent redoubler d’efforts pour que l’identification puisse être réelle et efficace »

L’insécurité que le Burkina Faso vit ces dernières années est liée à un certain nombre d’éléments. Il est donc important de se pencher sur tous les secteurs d’activité qui interviennent au pays. C’est dans ce cadre que le ministre de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et de la Sécurité intérieure, Simon Compaoré, a rencontré les responsables des sociétés de téléphonie mobile, ce mardi 16 février, à Ouagadougou.
Deux points, que le ministre a estimés existentiels, ont fait l’objet de discussions. Il s’agit de la question de l’identification des puces téléphoniques, de la collaboration et de la qualité des services rendus aux clients.
En ce qui concerne l’identification, M. Compaoré a suggéré à ce que les sociétés prennent les dispositions nécessaires pour identifier toute personne détentrice d’une puce téléphonique. «Toute personne, quelle que soit sa qualité, ne doit pas pouvoir détenir une puce sans qu’on connaisse son identité» a-t-il ordonné.
Quant à la collaboration, le ministre a demandé aux sociétés de téléphonie mobile de les appuyer dans leurs tâches quotidiennes de lutte contre le terrorisme. En effet, des personnes utilisent des moyens modernes dont ces différentes sociétés disposent et qui peuvent porter atteinte à la sécurité intérieure du pays. Cette lutte est une guerre asymétrique et n’est pas conventionnelle. «La question des informations, des renseignements et l’anticipation est capitale» a dit M. Compaoré. En plus de ces points cités ci-haut, Simon Compaoré a souligné que la qualité des prestations est à revoir afin d’atteindre un seuil de satisfaction. Il les a exhortés à fournir plus d’efforts pour améliorer la qualité des services et à communiquer afin que l’information puisse être partagée le plus rapidement possible.

Simon et son staff face aux responsables des sociétés de téléphonie mobile
Simon et son staff face aux responsables des sociétés de téléphonie mobile

Les responsables de ces opérateurs de téléphonie mobile ont expliqué que les bases d’abonnés de Telecel Faso, tout comme d’Airtel Burkina et de Telmob SA, sont identifiées. Derrière chaque numéro, il y a un nom, une date de naissance et des références du document d’identité. Le problème se pose au niveau de la fiabilité de l’information.
En effet, si le document d’identité est un faux document, il va de soi que c’est une mauvaise identification qui est mise au sein du système, ont-ils répondu.
Selon le directeur général d’Airtel Burkina, Ben Haidara, l’identification, au-delà de la question sécuritaire, est un sujet très important pour leurs structures. C’est une question marketing et lorsqu’on connaît le client, on sait mieux le satisfaire. Aussi, en matière de collaboration, la société mobile Airtel dispose d’un service dédié pour répondre aux sollicitations des services de la Police, de la Gendarmerie. «En tant qu’entreprise citoyenne, nous sommes disposés à collaborer entièrement avec vos services sans aucune restriction afin de sécuriser et participer à la quiétude de nos populations».
Les responsables de téléphonie ont montré leur disponibilité à collaborer avec les services de sécurité afin de lutter contre le terrorisme. Ils ont, cependant, suggéré à ce qu’une loi soit votée pour contraindre chaque personne détentrice d’une puce téléphonique à se faire identifier.
Aoua Ouédraogo (Stagiaire)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *