Accueil » Défense-Sécurité » Jean-Claude Bouda à l’occasion du 58e anniversaire des FAN: « le Burkina Faso fait face aujourd’hui à une grande campagne de déstabilisation »

Jean-Claude Bouda à l’occasion du 58e anniversaire des FAN: « le Burkina Faso fait face aujourd’hui à une grande campagne de déstabilisation »

« Le Burkina Faso fait face aujourd’hui à une grande campagne de déstabilisation », a assuré le ministre de la Défense, Jean-Claude Bouda, le jeudi 1er novembre à l’occasion de la célébration du 58e anniversaire des Forces armées nationales (FAN).

Les Forces armées nationales fêtent leur 58e anniversaire

Au cours des douze mois écoulés, l’environnement sous- régional a été caractérisé par la recrudescence des activités terroristes dans la bande sahélo-sahélienne. Au niveau national, en plus de s’être renforcée dans le Nord du pays, la menace terroriste, à entendre le ministre de la Défense, Jean-Claude Bouda, s’est aussi étendue dans d’autres régions. L’extension de ces attaques dans les régions de l’Est et de l’Ouest du pays a fini par convaincre les plus septiques, selon Jean-Claude Bouda que le Pays des hommes intègres fait face aujourd’hui à une grande campagne de déstabilisation. La preuve, soutient-il, pour atteindre leur objectif, les forces du mal n’épargnent ni les FDS, ni la vie des populations civiles, causant ainsi de nombreux morts et blessés, la destruction des infrastructures économiques et sociales, le déplacement des populations et la paralysie de nombreuses activités économiques.

Dans un tel contexte, réfléchir ensemble sur: « Cohésion et solidarité nationales autour des forces armées nationales dans la lutte contre le terrorisme » pour célébrer le 58eme anniversaire de la création de notre armée nationale sonnait comme un appel à tous les citoyens et citoyennes pour une mobilisation contre toutes les forces terroristes et toutes les formes d’extrémisme violents. De ce fait, le ministre Bouda pense qu’il est plus que nécessaire que toutes les forces vives de la nation s’unissent pour apporter la réponse appropriée à ces attaques dont le but est de disperser les FDS, créer la psychose et stopper l’élan de développement. « Nous devons faire en sorte que les terroristes sachent qu’en plus de nos FDS, ils ont en face et contre eux, 20 millions de Burkinabè déterminés qu’ils ne pourront jamais vaincre. Il doit avoir autant de sentinelles que de citoyens qui surveillent le territoire national » a recommandé le ministre de la Défense.

Allant dans le même sens que Jean-Claude Bouda, le président du Faso a rappelé que la défense du drapeau n’a pas de prix. « C’est une défense au prix de nos vies. Je veux que chaque Burkinabè se sente concerné, se batte, par le renseignement, par l’appui aux forces de défense et de sécurité, pour qu’ensemble nous ayons une victoire collective », à indiqué Roch Marc Christian Kaboré.

Le ministre de la femme recevant les félicitations du président du Faso pour sa décoration

Pour lui, « nous devons nous rappeler que nous avons un hymne national qui dit, certains vont «flancher», certains vont «résister», «mais les échecs, les succès, la sueur et le sang ont fortifié notre peuple courageux et fertilisé sa lutte héroïque».

Également, « nous devons laisser résonner ces mots permanemment dans nos têtes, pour savoir que le combat que nous menons nous engage tous ».

Le Burkina Faso, poursuit le président Kaboré, a 1500 km de frontière avec le Mali, 500 Km de frontière avec le Niger. Il n’est donc pas tout à fait possible à l’entendre, de placer un soldat tous les cent mètres pour garder le territoire.

Au lieu d’être chaque fois dans la position critique, « nous devons encourager nos forces de défense et de sécurité. »

48 personnes distinguées

Comme chaque année, cette célébration a été l’occasion pour des officiers, sous-officiers, soldats du rang des différents corps et des civils au nombre de 48 de voir leur dévouement à la Nation et leur abnégation au travail récompensés. On peut citer entre autres le capitaine Serge Gnangao de la direction de la communication et des relations publiques des armées, (DCRPA) qui a reçu la médaille d’honneur militaire et le ministre de la Femme et de la Solidarité nationale qui a été décorée.

Madina Belemvire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *