Accueil » Journée de l’Afrique: un panel commémoratif à l’attention des jeunes

Journée de l’Afrique: un panel commémoratif à l’attention des jeunes

Le Club de l’Union africaine au Burkina Faso et le Mouvement pour la démocratie et la citoyenneté (MODEC) ont entrepris de célébrer en différé, la Journée de l’Afrique dans le cadre d’un panel à Ouagadougou. La cérémonie d’ouverture de ce panel est intervenue dans la matinée du lundi 12 mai 2017.

Alpha Barry, ministre des Affaires étrangères, de la Coopération régionale et des Burkinabè de l'extérieur, patron de la cérémonie
Alpha Barry, ministre des Affaires étrangères, de la Coopération régionale et des Burkinabè de l’extérieur, patron de la cérémonie

Ce panel, selon ses organisateurs, a été voulu pour «magnifier le panafricanisme» et témoigner de la ferveur de leur engagement à «contribuer à relever avec brio, les défis de renaissance socio-économique et politique du continent et partant, la construction des Etats-Unis d’Afrique dans un proche avenir».

Et l’explication de cet engagement tient au fait que le 25 mai 1963 (date de création de l’Organisation de l’Unité africaine devenue Union africaine) marque le début de l’aboutissement d’une lutte millénaire des peuples d’Afrique et de sa diaspora pour la libération, la reconnaissance, la renaissance, le progrès, le développement et l’émancipation socio-économique, culturelle et identitaire d’une Afrique dont les populations ont de tout temps, été victimes de crimes et d’injustices de la part de puissances impérialistes.

La célébration de cette journée, dira le ministre des Affaires étrangères, Alpha Barry, (patron de l’activité commémorative) «a une forte charge symbolique». Force détail à l’appui, «elle est non seulement un devoir de mémoire, mais aussi une occasion de nous ressourcer aux valeurs et principes de notre organisation continentale, mais également de rendre hommage aux pères fondateurs qui étaient attachés aux principes que sont la liberté et l’égalité, la consolidation de la paix et de la sécurité, la préservation de la stabilité et du développement».

D’où la nécessité que l’engagement qui anime les membres du Club UA/BF et ceux du MODEC soit inculqué en la jeunesse burkinabè. Ce, d’autant plus que le thème retenu au niveau continental pour la célébration de cette 54è Journée de l’Afrique, s’intitule: «Tirer pleinement partie du dividende démographique en investissant dans la jeunesse: autonomisation des jeunes et des femmes».

Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il s’agit là, d’un thème qui s’affiche en une invite aux décideurs africains à promouvoir le capital humain du continent à travers notamment la formation et l’autonomisation des jeunes et des femmes afin d’en faire les acteurs clés de la renaissance et du progrès de l’Afrique qui, foi du ministre Barry, est un contient «d’opportunités et de croissance», un continent de «plus en plus attractive».

Cette Afrique, de l’avis de l’ambassadeur du Maroc au Burkina, Farhat Bouazza, gagnerait à développer en son sein, «la coopération sud-sud», dans une dynamique de prise en main de son destin. Sa conviction à lui, M. Bouazza, c’est qu’une Afrique unie et prospère est réalisable. Pour sa part, le Burkina Faso maintient son engagement à s’investir dans les initiatives de promotion de la paix, de la stabilité, et du développement du continent. Telle est du moins, l’assurance donnée par le chef de la diplomatie burkinabè à l’occasion de cette cérémonie d’ouverture du panel.

Paangui Parè

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *