Accueil » Education-Enseignement-Recherche » Journée mondial de l’autisme: l’ABAPE invite l’Etat à une prise en charge éducative des victimes de troubles de spectre autistique

Journée mondial de l’autisme: l’ABAPE invite l’Etat à une prise en charge éducative des victimes de troubles de spectre autistique

Les responsables de l’Association burkinabè d’accompagnement psychologique et d’aide à l’enfance (ABAPE) ont, à l’occasion de la Journée mondiale de l’autisme, célébrée chaque 2 avril de par le monde, tenu ce mardi une conférence de presse au siège  à Ouagadougou. Ils ont dressé un bilan satisfaisant en ce qui concerne la prise en charge éducative des enfants ayant des troubles autistiques par leur structure.

le présidium lors du point de presse

L’Association burkinabè d’accompagnement psychologique et d’aide à l’enfance (ABAPE), est une structure œuvrant dans le domaine de la prise en charge éducative des enfants ayant des troubles du spectre autistique et déficients intellectuels d’âge précoce.

Cette description a été faite par le promoteur du centre, Boukari  Pamtaba aux hommes de média au cours d’un point de presse qu’il a animé ce mardi 2 avril 2019 à Ouagadougou rentrant dans le programme de la célébration de la journée mondial de l’autisme au Pays des hommes intègres. Selon M. Pamtaba, c’est depuis l’année 2011 que l’ABAPE s’est donné la mission de porter main forte à la promotion de l’éducation inclusive à travers une prise en charge éducative des enfants ayant des troubles du spectre autistique et déficients intellectuels d’âge précoce. Cette mission, pour lui, répond aux préoccupations du gouvernement dans sa quête d’une éducation inclusive et de qualité pour tous les enfants du Burkina Faso. «Pour répondre à cette logique, notre structure s’est donné pour objectif la création d’un centre afin de permettre aux enfants d’acquérir de nouvelles compétences cognitives afin de les intégrer dans le système éducatif classique pour la suite de leur scolarisation», a-t-il expliqué.

Le promoteur de L’ABAPE, Boukari Pamtaba

Aux dires du conférencier, la prise en charge psychoéducative, celle pédagogique, socioéducative et la prise en charge psychomotrice ont été parmi tant d’autres, les branches d’inculcations choisies par l’ABAPE, pour une meilleure intégration des victimes des troubles du spectre autistique.

Avec un total de 5 enfants au début, le centre de L’ABAPE compte de nos jours 90 enfants en situation de handicap, dont 55 en troubles du spectre autistique, 11 trisomiques et 24 déficients intellectuels, a récapitulé son promoteur. Et parmi ces 90 enfants, «35 âgées de 02 à 5 ans sont orientés dans des écoles maternelles et rejoignent le centre les soirées pour la suite de leur prise en charge éducative, 46 sont admis au centres tous les matins pour leur suivi et 9 ont été inscrits dans une école primaire, pour la suite de leur scolarisation», a-t-il poursuivi.

Les journalistes ont suivi avec intérêt ce point de presse

A entendre le responsable du centre, les résultats sont appréciables mais la situation de la prise en charge éducative des enfants ayant des troubles et les déficients intellectuels d’âge précoce n’est guère reluisante au Burkina Faso.

C’est pourquoi il lance un cri de cœur à l’Etat burkinabè: «J’invite le gouvernement burkinabè, à veiller pour l’application réel des textes  sur l’éducation inclusive. Les textes existes belle et bien, mais leur application n’est pas effective», a déclaré M. Pamtaba.

Néanmoins, les multiples remerciements du centre sont à l’endroit de ses partenaires qui leur permettent de part des multiples soutiens de toujours accompagner les enfants souffrant de l’autisme, a conclu M. Pamtaba.

Omar Idogo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *