Accueil » Economie-Finances » Journées de valorisation des produits locaux: la 4ème édition a tenu ses promesses

Journées de valorisation des produits locaux: la 4ème édition a tenu ses promesses

La 4ème édition des journées de promotion et de valorisation des produits locaux par les femmes (JVPL/F), organisée par la Fédération femme et développement du Burkina Faso (FFED/BF), a refermé ses portes le mardi 1er mai 2018 à la Maison du peuple de Ouagadougou. Placée sous la présidence du ministre en charge de la Culture, la présente édition s’est tenue du 26 avril au 1er mai 2018 sous le thème: «Femmes de l’espace UEMOA et accès aux financements pour la valorisation des produits locaux».

Le présidium lors de la clôture de la 4ème édition des journées de promotion et de valorisation des produits locaux par les femmes

Du 26 avril au 1er mai 2018, des femmes issues des 13 régions du Burkina et celles de l’espace UEMOA ont démontré leur savoir-faire dans les domaines de l’art vestimentaire traditionnel, l’art culinaire et les produits forestiers non ligneux.

La présidente de la Fédération, Fatimata Legma

Selon la présidente de la FFED/BF, Fatimata Legma, ce fut une occasion «de promouvoir les échanges entre les femmes, renforcer leurs capacités relatives aux techniques de marketing et de vente des produits et créer un cadre de rencontre B to B entre les participants et avec les professionnels des différents corps de métiers». Il s’est agi aussi, de l’avis de Fatimata Legma, d’inciter la population à consommer local, d’améliorer la situation alimentaire et nutritionnelle de celle-ci et d’accroître les revenus des producteurs et transformateurs.

Durant une semaine, ce sont près d’une quarantaine d’exposants venus des 4 coins du Burkina qui ont participé à ces journées. Il y avait au programme, des conférences-débats, des expositions des produits de qualité et surtout des engagements pris par certains partenaires.

Pour la présidente de la FFED/BF, les objectifs ont été largement atteints, car dit-elle, « il y avait beaucoup d’engagements autour de l’art culinaire, autour de tout ce qui est transformation des produits forestiers non ligneux ».

Les participants à la cérémonie de clôture

L’organisation d’une telle activité n’est pas sans difficultés. Pour cela, la Fédération femme et développement du Burkina Faso (FFED/BF) dit attendre du gouvernement un accompagnement beaucoup plus renforcé.

Plusieurs recommandations ont été faites à l’issue de ces journées. L’on peut retenir, entre autres, la création dans les chefs-lieux de région, des centres exclusivement réservés à la promotion des mets locaux, la formation des différents acteurs du Burkina sur les mets locaux, la tenue des tables rondes pour réfléchir sur différentes questions, la promotion du pagne traditionnel tissé. Les femmes demandent au gouvernement à ce que ces recommandations soient traduites en actions concrètes. A écouter Mme Legma, les femmes ont besoin de formation, elles doivent être encadrées. « Il faut les organiser en réseaux, renforcer leurs compétences, leur donner des moyens et que dans chaque chef-lieu de région du Burkina il y ait des restaurants burkinabè », a-t-elle confié.

Sur la question de l’accès aux crédits de financement des femmes, Fatimata Legma rassure: «Nous allons travailler avec les différentes associations pour que les crédits de financement soient à la portée des femmes».

Les femmes ont également exprimé leurs besoins de voir les délais de remboursement des crédits prolongés. Face à cette préoccupation, Awa Coulibaly, représentante du directeur général de la faîtière des caisses populaires du Burkina rassure que les besoins exprimés par les femmes seront pris en compte, car ils s’inscrivent en droite ligne dans le plan d’affaires 2017-2018 des caisses populaires du Centre.

A la fin de la cérémonie, les participants sont repartis tout joyeux avec des attestations de participation.

En attendant la 5ème édition qui se tiendra en 2019 à Bogandé.

Hamadou Ouédraogo (stagiaire)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *