Koudougou: hommes et femmes de médias outillés pour améliorer le dividende démographique - Les échos du Faso
Accueil » Logtoré » Koudougou: hommes et femmes de médias outillés pour améliorer le dividende démographique

Koudougou: hommes et femmes de médias outillés pour améliorer le dividende démographique

Du 19 au 23 mars dernier dans la cité du cavalier rouge, les hommes et les femmes de médias ont été formés sur la santé de la reproduction et la planification familiale (SR/PF). L’initiative est du projet régional pour l’autonomisation des femmes et dividende démographique au sahel (SWEDD). L’objectif de cet atelier vise d’une part à outiller les hommes et les femmes de médias sur la santé de la reproduction et le planning familial, et d’autre part contribuer à sensibiliser la population sur les bonnes pratiques en matière de la SR/PF. Durant quatre jours, les journalistes des différents médias ont été formés sur plusieurs modules pour leur permettre de produire de bons articles de presse sur la thématique. Une meilleure manière, selon les responsables du projet SWEDD, d’atteindre les cibles.

Les journalistes bénéficiaires de la formation

Au Burkina, le projet SWEDD est mis en œuvre dans huit régions à savoir le Sahel, l’Est, la Boucle du Mouhoun, les  Haut-Bassins, le Centre-Est, le Nord, le Centre-Nord et les Cascades. L’accompagnement des hommes de médias va consister à véhiculer à travers leurs canaux, des messages de sensibilisation sur la SR/PF, de traiter avec professionnalisme des thèmes en rapport avec la planification familiale et la sexualité en milieu jeune. Pour ce faire, des modules sur la santé de la reproduction, l’accélération de la planification familiale, les organes reproducteurs de l’homme et de la femme, leur ont été dispensés par des professionnels du domaine comme madame Béatrice Sawadogo/Sawadogo, sage femme à Ouagadougou. Pour elle, compter sur les hommes de médias pour passer le bon message est une bonne stratégie car bien de femmes continuent de taxer à tort certaines méthodes contraceptives de stérilisante. Pourtant, dit-elle, «A chaque méthode contraceptive ses avantages et ses inconvénients. C’est vrai qu’il y a des effets secondaires, mais ce n’est pas standard. C’est au cas par cas. Il y a en effet des femmes qui sont sous méthodes contraceptives depuis plus de dix ans sans effets secondaires. Par contre, il est des femmes qui les ont dès qu’elles commencent. Tout compte fait, il est recommandé de toujours revenir vers les structures sanitaires pour recevoir la conduite à tenir.»

Madame Béatrice Sawadogo/Sawadogo, sage femme, expliquant les différentes méthodes contraceptives

Pendant la formation, les hommes des médias ont été emmenés à effectuer des sorties de terrain pour toucher du doigt les réalités et aller au-delà de la théorie. Dans la pratique, ils ont été regroupés selon leur spécificité (radio, télé, presse écrite) et selon des thèmes en vue de varier leurs productions en informant les populations sur les différentes méthodes. Une expérience enrichissante.

En rappel, le projet SWEDD est un projet dont le lancement a eu lieu le 2 Novembre 2015 à Niamey et qui vise à améliorer les conditions de la femme et de la fille. Il est structuré en plusieurs composantes dont l’amélioration de la demande pour les services de santé reproductive, maternelle, néonatale, infantile et nutritionnelle en favorisant les changements sociaux et comportementaux des femmes et des adolescents.

Hamadou Ouédraogo (stagiaire)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *