Accueil » Nè Wendé » La mauvaise gestion de l’engouement autour des Etalons

La mauvaise gestion de l’engouement autour des Etalons

Nè-Wendé

Nous sommes fiers de nos braves Etalons, ils font honneur au Faso, il faut leur tresser des lauriers, il faut leur réserver un accueil triomphal… Tels sont, entre autres, les bons mots adressés aux Etalons pour leur bonne prestation à la CAN. Il en est même jusqu’aux politiques pour tirer la couverture de la victoire. Même le général Zida, qui faisait le mort depuis un bon moment, est sorti de sa tanière pour congratuler les Etalons… Nè Wendé!

Depuis l’insurrection et la contre-attaque du putsch de Gilbert Diendéré, les Burkinabè, précisément les habitants de Ouagadougou, n’avaient démontré une si forte mobilisation autour d’un objectif commun. Ouagadougou est restée en liesse pour célébrer les chevauchées des Etalons. Nè Wendé!

Tout le monde y est allé de sa méthode: de petits drapeaux frappés de l’étoile jaune était sur les motos, les vélos, les tricycles, les voitures; certains avaient accolé à la joue le sticker aux couleurs nationales. Les bouilles étaient encore plus belles dans leurs fantaisies. Un bel engouement qu’envierait tout homme politique. Nè Wendé!

Seulement voilà, il faut noter avec amertume que cette mobilisation autour des Etalons n’est pas gérée de la meilleure des façons. En termes de soutiens directs, on n’a pas vu grand-chose. D’ailleurs, le ministre des Sports disait, répondant à des confrères concernant l’appel à contribution qu’il avait lancé pour soutenir financièrement les Etalons, que cela a été un échec cuisant. Il n’a reçu aucun kopeck de contributeurs. Nè Wendé!

Quand on met cela à côté de la grande mobilisation, on est obligé de conclure que l’engouement autour des Etalons est un gâchis; il est mal géré. Au Cameroun, avant de jouer la finale face aux Pharaons, un ancien footballeur, Samuel Eto’o, a gratifié les Lions indomptables de plusieurs millions FCFA. Ici au Faso, on n’a rien vu de la sorte, ni les anciens joueurs, ni les grands opérateurs économiques, ni les grands politiques… Rien de rien, un soutien coup de vent, qui se traduit plutôt par des beuveries et des cascades sur la voie publique mettant en péril et sa vie et celle des autres. Nè Wendé!

Moi Nè Wendé, grand supporter de l’EFO pour avoir fait le lycée Zinda, je découvre l’amour des Burkinabè pour le foot, ce qui ne se constate pas lors des matchs du championnat national. Si la moitié des mobilisés Etalons acceptait de venir au stade du 4-Août et au stade Municipal pour soutenir les clubs domestiques, la FBF allait souffler sur le plan financier, les clubs avec elle et on n’aurait pas seulement le local Yacouba Coulibaly latéral au sein des Etalons mais plusieurs autres joueurs. Nè Wendé!

Dommage que cet amour ne soit qu’étalonné, or il faut des clubs forts pour avoir une équipe nationale digne de ce nom. Le cas de l’Egypte est assez illustratif. Nè Wendé!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *