Accueil » Militaires et gendarmes retraités de 2004 à 2015: déçus et indignés par les autorités, ils prévoient un sit-in les jours à venir

Militaires et gendarmes retraités de 2004 à 2015: déçus et indignés par les autorités, ils prévoient un sit-in les jours à venir

Les militaires et gendarmes retraités préssents à la conférence de presse
Les militaires et gendarmes retraités présents à la conférence de presse

Le collectif des militaires et gendarmes retraités de 2004 à 2015 ont animé une conférence de presse ce jeudi 08 juin 2017 à Ouagadougou. Objectif, informer l’opinion publique de leur déception et de leur indignation face à la minière avec laquelle les autorités gèrent leurs problèmes.

Le 03 janvier 2017, des militaires et gendarmes, environ 15 000, frappés par la limite d’âge, ont approché le commandement pour connaître le sort qui leur était réservé. N’ayant pas eu gain de cause, ils ont décidé de se regrouper en collectif pour exiger l’application intégrale du décret n°2005-024/PRES/PM/MTEJ/MFB du 31 janvier 2005 portant fixation de l’âge de départ à la retraite des travailleurs salariés, la prise en compte effective du nombre d’années de service pour la pension et l’octroi de la prime d’installation à ceux qui sont partis en 2006 suite à une manifestation le 07 octobre 2007, qui a été sévèrement punie par l’autorité.

Le présidium lors de la conférence de presse
Le présidium lors de la conférence de presse

Ce collectif a donc tenu son premier sit-in le 24 janvier 2017 à quelques mètres du ministère de la Défense pour faire prévaloir sa revendication, constituée d’une indemnité compensatoire de 4 ans. Selon l’adjudant-chef à la retraite Ousmane Badini, vice-président du Collectif des militaires et gendarmes retraités en 2003, une décision avait été prise par le président du Faso «d’augmenter l’âge de la retraite de 5 ans de tous les travailleurs du pays. Pour son application, tous les ministères se sont exécutés sauf celui de la Défense qui a seulement ajouté 01 an au lieu de 05 ans».

«Aujourd’hui, ce que nous voulons, c’est que l’Etat nous rende notre monnaie plutôt que notre réintégration dans l’Armée, car nous avons fait 30 ans de service, mais nous avons une pension de 27 ans», a laissé entendre le porte-parole du collectif, l’adjudant-chef à la retraite Karfo Yaba qui a ajouté qu’après cette sortie médiatique du collectif, si rien n’est fait pour considérer et régler le problème au plus vite, «nous prévoyons organiser un sit-in devant le ministère de la Défense dans les semaines à venir».

Omar Idogo, stagiaire

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *