Accueil » En face du miroir » Le journalisme mène à tout… surtout au sommet de l’Etat!

Le journalisme mène à tout… surtout au sommet de l’Etat!

Le journalisme mène à tout. Même à la tombe. Voici pourquoi Norbert Zongo, qui est l’aîné des journalistes d’investigation burkinabè, a été ‘’boucané’’ avec ses compagnons de route, le 13 décembre 1998. Une pensée pour Henri Sébgo.

Pr Serge Théophile Balima
Pr Serge Théophile Balima

Le journalisme mène également au sommet de l’Etat, à condition d’en sortir vivant, comme c’est le cas, ces dernières années pour beaucoup de confrères. Mais avant cette flopée ‘’contemporaine’’, si nos souvenirs sont bons, il faut remonter à Emile Bassono pour voir un journaliste occuper un poste de haute responsabilité. Ministre. Le ministère de l’Information et des Postes et Télécommunications, en l’occurrence. C’était en 1976, sous le général Sangoulé Lamizana.

Dans ses pas, Serge Théophile Balima, ministre de l’Information et de la Culture avec Blaise Compaoré, à la fin des années 80. Avant d’être nommé ambassadeur au début des années 90. C’était à Paris.

Après lui, en 96, est arrivé le «dur», le meilleur ministre de la Culture de l’époque. Mahamoudou Ouédraogo qu’il s’appelle. D’abord ministre de la Communication, des Arts et de la Culture, puis ministre de la Culture, des Arts et du Tourisme.

Mahamoudou Ouédraogo
Mahamoudou Ouédraogo

Luc Adolphe Tiao va véritablement avoir la chance de booster la promotion des journalistes au sommet de l’Etat. Après la retraite de feu le kôrô Adama Fofana au CSC, il a été le premier journaliste nommé président d’institution. Peut-être que nous nous trompons. Mais ce serait de bonne foi. Lui aussi déposera ensuite son baluchon au 155 du Boulevard Haussmann à Paris à la fin de son mandat.

En ce temps, Béatrice Damiba était déjà ambassadeur en Italie et dans d’autres pays européens. Elle est venue remplacer Luc Adolphe Tiao au CSC.

Et puis badaboum! Suite aux mutineries de 2011, Luc Adolphe Tiao a été rappelé de Paris pour occuper la Primature. Le journaliste poursuivait son ascension vers le sommet de l’Etat. Il est encore le premier à atteindre l’avant-dernière marche avant le faîte.

Luc Adolphe Tiao
Luc Adolphe Tiao

Comme si la présidence du CSC avait été créée pour les journalistes, en 2014, Nathalie Somé est arrivée pour occuper la place que Tanti Béa a laissée pour aller se reposer.

Mais le véritable printemps de journalistes au sommet de la sphère politique date de ces deux dernières années. Nathalie au CSC, Chériff Sy comme président du Parlement transitoire, Alpha Barry aux Affaires étrangères, Rémis Dandjinou à la Communication et rien qu’hier seulement Newton à la CENI. En oublions-nous?

Le prochain et dernier pallier est Kosyam. A qui le tour?

Hidogo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *