Accueil » Ca se passe à l'assemblée » «Le moral de nos troupes est vraiment au beau fixe», dixit Jean-Claude Bouda, ministre de la Défense nationale

«Le moral de nos troupes est vraiment au beau fixe», dixit Jean-Claude Bouda, ministre de la Défense nationale

Le ministre de la Défense nationale et des anciens combattants, Jean-Claude Bouda, était devant la Représentation nationale dans la soirée du mardi 28 mars 2017 pour répondre à une question relative à la sécurisation de nos frontières; le contexte étant celui du terrorisme transfrontalier.

Jean Claude Bouda, ministre de la Défense nationale et des Anciens combattants
Jean Claude Bouda, ministre de la Défense nationale et des Anciens combattants

Selon le ministre Jean-Claude Bouda, la lutte contre le terrorisme «requiert une approche globale dont la réponse militaire n’en est qu’une». «Elle appelle donc, précise-t-il, à une synergie d’action de tous les acteurs, tant au plan national qu’international».

Avec les attaques terroristes que le Burkina a connues depuis 2015, «on nous a imposé une guerre», de l’avis du ministre Bouda. Et sa conviction à lui, c’est que «nous n’avons pas le choix, nous devons gagner cette guerre».

Dans ce sens, foi du ministre de la Défense nationale, «l’armée est en train de faire preuve d’une très grande capacité d’adaptation» à cette «guerre asymétrique» par laquelle notamment, le terrorisme se traduit. A ce jour, rassure le ministre Bouda, «le moral de nos troupes est vraiment au beau fixe». Mais, reconnaît-il, «ce moral a besoin d’être renforcé».

«Ce dont nous sommes sûrs aujourd’hui (…), la capacité à assurer la défense du territoire, ça, de manière infaillible, nous allons le faire», a promis le chef du département de la Défense nationale. «Mais maintenant, être victime un jour d’actes de terroristes, ça, je ne peux pas donner l’assurance à 100%», a-t-il également concédé.

Députés à l'hémicyle
Députés à l’hémicyle

Néanmoins, le travail de renforcement des capacités numériques et opérationnelles de l’armée se poursuit de plus bel. Et ce, conformément au plan stratégique (2016-2017) de la réforme de l’armée. Dans la même dynamique, le retrait des forces militaires burkinabè Laafi et Gondal déployées dans le cadre de missions onusiennes interviendra bientôt «en accord avec les Nations unies», a annoncé le ministre de la Défense. En sus, deux unités antiterroristes seront créées.

Signalons que quelques instants avant lui, c’est le ministre de la Sécurité intérieure, le ministre d’Etat Simon Compaoré, qui était devant la même Représentation nationale pour répondre, lui aussi, à une question concernant son département.

L’occasion, le ministre d’Etat, en a profité – parlant de l’amélioration progressive du dispositif sécuritaire – non seulement pour annoncer la tenue prochaine d’un forum national sur la sécurité et les efforts financiers que chaque membre du gouvernement va consentir au profit des Forces de Défense et de Sécurité (FDS), mais également pour inviter les députés à consentir, eux aussi, l’effort de guerre. Formule trouvée, «un député, un million de FCFA!».

Paangui Parè

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *