Accueil » Le mouvement syndical examine la santé économique de l’Afrique à Ouagadougou

Le mouvement syndical examine la santé économique de l’Afrique à Ouagadougou

Sous le thème « La situation économique de l’Afrique » se tient dans la capitale burkinabè une conférence internationale du mouvement syndical; et ce, à l’initiative du Bureau régional Afrique francophone de la Fédération syndicale mondiale (FSM). La cérémonie d’ouverture de cette conférence est intervenue dans la matinée du mercredi 18 janvier sous la présidence effective du ministre de la Fonction publique, du Travail et de la Protection sociale, Clément Sawadogo.

Le ministre Clément Sawadogo a présidé l'ouverture des travaux
Le ministre Clément Sawadogo (milieu) a présidé l’ouverture des travaux

Ce sont une cinquantaine de responsables et représentants d’organisations syndicales du continent africain qui prennent part à cette conférence de trois jours. En effet, ils sont venus du Bénin, du Cameroun, de la Côte-d’Ivoire, du Gabon, de la Guinée Conakry, du Niger, de la République démocratique du Congo, du Congo-Brazzaville, de Djibouti et du Sénégal, ainsi que de la Grèce, pour mettre au centre de la réflexion, « La situation économique de l’Afrique ».

En ce thème décliné en sous-thèmes dont « la problématique de l’emploi des jeunes », « la situation des travailleurs migrants », « emplois et questions sociales en Afrique francophone », le ministre Clément Sawadogo dit voir un thème « plus que jamais d’actualité », car interpellateur de « l’ensemble des dirigeants des Etats africains et partant du monde entier à poser des actes concrets qui puissent améliorer les conditions de vie et de travail des travailleurs en particulier et des populations en général ».

Un point de vue que le Coordonnateur du Bureau régional Afrique francophone (FSM), Etienne Moussavou, trouve juste. Pour lui, en effet, « la dette africaine dans sa globalité est singulièrement tributaire de la mauvaise gouvernance de nos Etats qui, la plupart, ne font pas d’efforts pour l’amélioration de la cohérence des politiques afin d’atteindre des résultats probants en matière de migration par exemple ».

Une vue des participants
Une vue des participants

La conférence de Ouagadougou est donc perçue comme le cadre d’impulsion d’un signal fort aux dirigeants du continent. Déjà, le gouvernement du Burkina Faso a, par la voix du ministre Clément Sawadogo, promis qu’il « examinera avec la plus grande attention les recommandations qui [en] seront issues ».

Signalons que la FSM est une organisation syndicale internationale, démocratique, de classe et de lutte de tous les salariés qui soutiennent et encouragent l’action des syndicats de tous les pays pour l’obtention des droits et revendications des travailleurs, pour la défense de leurs intérêts, contre toute les formes de discrimination et d’asservissement, d’exploitation et d’oppression; le tout, pour le développement socio-économique partagé.

Paangui Parè

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *