Le REN-LAC insatisfait de la lutte contre l’impunité et la corruption - Les échos du Faso
Accueil » Gouvernance - Développement » Le REN-LAC insatisfait de la lutte contre l’impunité et la corruption

Le REN-LAC insatisfait de la lutte contre l’impunité et la corruption

Le Réseau national de lutte anti-corruption était face aux hommes de médias ce 11 avril à son siège. Objectif, faire le point de l’audience accordée par le Chef de l’Etat au REN-LAC le 27 mars 2018. Cette audience avait pour but de remettre officiellement un mémorandum d’interpellation sur la nécessité d’une volonté politique réelle et sincère dans la lutte contre la corruption au Burkina. Sans détours, le REN-LAC a dit avoir exprimé au Chef de l’Etat son inquiétude par rapport à la situation de la lutte contre la corruption, l’impunité et la mal gouvernance.

Dr Claude Wetta, secrétaire exécutif du REN-LAC

Au cours de cette audience, les responsables du REN-LAC disent avoir exprimé de vive voix leur insatisfaction et leur inquiétude quant à la volonté du Chef de l’Etat et son engagement dans la lutte contre la corruption au Burkina.

La corruption, la mal gouvernance sont des pratiques persistantes, selon le REN-LAC. Pire, il ajoute que ces pratiques connaissent actuellement une certaines célérité. Sur le plan judiciaire, le REN-LAC note des avancées significatives au niveau législatif, institutionnel et au niveau de l’indépendance de la justice. Cependant, l’institution dit être dans le regret de constater que les dossiers de crimes économiques ne connaissent pas d’avancée significative.

Sur plan administratif, les malversations ne donnant pas systématiquement pas lieu à des poursuites disciplinaires ni au recouvrement des sommes détournées. Les récentes révélations de la presse sur les pratiques de monnayage d’audiences dans le proche entourage du président du Faso sont autant de pratiques que le REN-LAC dit avoir soulevées au cours de cette audience.

 

Le présidium du REN-LAC le Docteur Wetta au milieu

Tout cela rend le REN-LAC inquiet et, à travers un mémorandum rendu au Chef de l’Etat, l’institution l’a invité à agir et vite car il y a péril en la demeure. Le Dr Claude Wetta, secrétaire exécutif du REN-LAC, explique qu’à «travers le mémorandum, le REN-LAC a appelé à agir incessamment contre l’impunité».

M Wetta affirme que le Chef de l’Etat a reconnu ces différents manquements mais a tenu à rappeler que dans cette lutte, chaque acteur doit jouer son rôle. Par rapport aux reformes, le Chef de l’Etat dit buté contre les exigences de l’Etat de droit. Il affirme que les structures syndicales refusent de se conformer ou de participer à la mise en place de la commission de discipline.

Qu’à cela ne tienne, le REN-LAC à transmis son mémorandum au Chef de l’Etat et des recommandations fortes y sont inscrites. Il lui est demandé d’être au-devant de la lutte, il lui est demandé de donné le ton en faisant suivre et exécuter les décisions incriminant certains fonctionnaires ou personnes ayant commis des crimes économiques; de ne plus nommer des personnes qui font l’objet de malversations ou qui sont dans le collimateur de la justice pour de présumées malversations.

Hamadou Ouedraogo (stagiaire)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *