Accueil » Logtoré » Les défis de santé à relever par le Service de santé des Armées

Les défis de santé à relever par le Service de santé des Armées

Du 13 au 14 décembre 2016, Ouagadougou abritera le 1er Congrès scientifique du service de santé des Armées. En prélude à cet évènement majeur, le Comité d’organisation a animé une conférence de presse le mardi 6 décembre 2016, pour donner de plus amples informations sur son déroulement.

Le présidium de la conférence
Le présidium de la conférence

«Faire connaitre le service de santé des Armées dans ses différentes composantes, favoriser les échanges entre personnels du service de santé des Armées et les autres professionnels de la santé, assurer la formation continue de ses personnels». Tels sont les objectifs visés par le Comité d’organisation à travers le 1er Congrès scientifique du service de santé des Armées qui se tiendra les 13 et 14 décembre 2016 sous le thème: «Le service de santé des Armées face aux défis de santé actuels».

Selon le président du Comité d’organisation, le médecin colonel-major Hamado Kafando, directeur central du service de santé des Armées, les services de santé militaires ont été créés en 1921 par le comité international de médecine militaire (CIMM). Ce Comité, dit-il, a pour mission primaire, d’entretenir et de renforcer les liens de collaboration et de connaissance entre les personnels des services de santé des Armées de tous les Etats membres. Malheureusement, a-t-il révélé, bien qu’étant membre du CIMM, le Burkina n’a jamais organisé de rencontre scientifique nationale de médecine pour des raisons d’ordre administratif et logistique. C’est ce qui justifie de son avis, la tenue de ce 1er Congrès qui va rassembler les directeurs centraux des autres pays voisins, mais aussi ceux avec lesquels le Burkina Faso collabore, à savoir le Maroc et le Gabon. «Nous avons aussi des participants individuels qui vont venir d’autres pays tels le Mali, la Côte d’Ivoire», a rassuré le médecin-colonel major, Drabo Joseph, directeur central adjoint du service de santé des Armées, qui a précisé que le congrès est ouvert à tout le personnel de santé.

Le président du comité d’organisation, le médecin colonel-major Hamado Kafando, directeur central du service de santé des Armées
Le président du Comité d’organisation, le médecin colonel-major Hamado Kafando, directeur central du service de santé des Armées

Il faut noter que plusieurs activités sont prévues au cours de ce congrès. Il s’agit des conférences débats, des communications orales et écrites, des symposiums de laboratoires…

En rappel, le service de santé des Armées (SSA) du Burkina a été créé en 1963. Il compte à son actif, 2 centres médicaux, une vingtaine d’infirmeries de garnisons et une dizaine d’infirmeries régimentaires. Les services de santé connaissent en moyenne une fréquentation composée de près de 80% de civils. «En 2015, sur 151 002 personnes qui ont consultées dans les structures de santé militaires, 101 928 étaient des civils», a dévoilé le directeur central des Armées qui a rappelé que pendant la grève du SYNTSHA, le service de santé a suppléé au service minimum dans toutes les régions où il y a des dispositifs militaire. «Nous travaillons même quand il y a des grèves. En tant que militaire nous n’avons pas droit à la grève», a-t-il conclu.

Madina Belemviré

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *