Accueil » Les Echosbels » LES HÉCHOS: Simon TARNAGDA

LES HÉCHOS: Simon TARNAGDA

SImon Tarnagda, directeur général de la LONAB

Simon Tarnagda: Directeur général de la LONAB. Le vendredi 18 décembre dernier, dans la matinée, il est allé rendre une visite de courtoisie au Moogho Naaba Baongo, à la tête d’une délégation de la société. Le Directeur général (DG) de la Loterie nationale burkinabè (LONAB) et sa délégation sont allés saluer le monarque pour lui demander ses conseils et bénédictions pour la réussite de leur mission. L’équipe de Tarnagda a été installée à la tête de la nationale des jeux de hasard récemment, lundi 22 mai 2017 exactement. On ne salue pas le chef les mains vides, dit-on. On y va avec des biens en nature (céréales, bétail, gallinacées, tabac, cola, boissons, cotonnades, etc.) et en espèces froufroutantes. Rien de tout cela. Tarnagda et les siens ont fait la différence! L’originalité du don de la LONAB est qu’il est constitué d’un lot d’instruments de musique traditionnelle. Connu pour son sens pointu du management, Simon Tarnagda mesure le rôle éminemment sociopolitique que joue l’empereur moagha en temps de paix mais surtout en temps de crises. «Nous sommes venus en temps de paix pour l’honorer, et recevoir des conseils afin que l’harmonie et la réconciliation règnent au Burkina (…) Chaque fois que nous avons des problèmes, nous courons tous ici et nous oublions que cela est assis sur des fondements traditionnels» a-t-il dit à nos confrères de lefaso.net. Ces instruments sont indispensables en ce sens qu’ils rythment le quotidien dans les palais de chefs traditionnels; d’où l’idée de ce don pour renforcer ou renouveler la musique.

 

Image de la scène (radio omega.fm

LES ZÉCHOS: Emrah KARAGA

Emrah Karaga: Directeur général de Turkish Airlines Burkina Faso. Des clients voyageurs ont envahi les locaux du siège de Ouagadougou ce 18 décembre. Ils sont remontés contre la compagnie car sans nouvelles de leurs bagages depuis 10 jours maintenant. Pour les uns, il s’agit d’un dédommagement et pour les autres le rapatriement immédiat ce jour 18 décembre 2018 même, de leurs affaires. Déjà, il y a trois ans jour pour jour, le 18 décembre 2014, d’autres passagers de la compagnie à destination de Ouagadougou avaient vécu le même calvaire.  «Nous sommes arrivés sans nos bagages. Ils ont préféré, en lieu et place des bagages de leurs clients que nous sommes, des marchandises de commerçants. Tous les bagages qui ont été mis dans la soute ont été intentionnellement laissés à Istanbul», avait raconté Evariste Sauret, un des passagers dudit vol, très remonté contre le transporteur.» Turkish Airlines mesure-t-elle le préjudice qu’elle cause à ses clients surtout en cette veille de fête? Vivement que ces pratiques cessent si la compagnie ne veut pas mettre une croix sur la destination ouagalaise.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *